aréoinfo

18 juin 2015

VOL VALUJET 592

Air Crash - Feu en cabine - Vol ValuJet 592 [Français]

Posté par tramman à 21:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 mars 2015

Aéroport de Castellón-Costa Azahar

Aéroport de Castellón-Costa Azahar va ouvrir (ESPAGNE)

Aeropuerto de Castellón sin aviones y otras construcciones "inutilizadas" . El Intermedio

video promotinel:

<iframe width="420" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/fBdNCn70zR4" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Compagnie aérienneDestinations
Ryanair Londres (début le 15 septembre 2015), Bristol (début le 16 septembre 2015)
Aéroport de Castellón-Costa Azahar
L'accès à l'aéroport de Castellón L'accès à l'aéroport de Castellón
Localisation
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Ville Castellón de la Plana
Coordonnées 40° 12′ 35″ Nord 0° 04′ 11″ Est / 40.209722, 0.069722  
Altitude 0 m (1,145 ft)
 

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Aéroport de Castellón-Costa Azahar
Pistes
DirectionLongueurSurface
06/24 2 700 m (8 858 ft) asphalte
Informations aéronautiques
Code AITA CDT
Code OACI LECS
Type d'aéroport civil
Gestionnaire Aerocas

Posté par tramman à 21:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mars 2015

mh 370

One year later, what happened to MH370?

MH370 :The Plane That Vanished 2014

MH370 - The Missing Link - Discovery Channel - HD

Posté par tramman à 17:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

air france

Air France - France is in the air

Posté par tramman à 17:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 janvier 2015

A350

Posté par tramman à 20:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]


28 juillet 2014

Aéroport international de Pékin

Aéroport international de Pékin

Aéroport International Capital de Pékin 北京首都国际机场 Běijīng Shǒudū Guójì Jīchǎng
Image illustrative de l'article Aéroport international de Pékin
Localisation
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Ville Pékin
Coordonnées 40° 04′ 49″ Nord 116° 35′ 04″ Est / 40.080386, 116.584404 ()  
Altitude 35 m (116 ft)
 

Géolocalisation sur la carte : Chine

(Voir situation sur carte : Chine)
Aéroport International Capital de Pékin
Pistes
DirectionLongueurSurface
18L/36R 3 800 m (12 467 ft) asphalte
18R/36L 3 200 m (10 499 ft) asphalte
01/19 3 800 m (12 467 ft) béton
Informations aéronautiques
Code AITA PEK
Code OACI ZBAA
Type d'aéroport public
Gestionnaire Beijing Capital International Airport Company Limited
L'aéroport international de Pékin

L'aéroport international de Pékin, ou Beijing-Capital (code AITA : PEK • code OACI : ZBAA) est le principal aéroport de Pékin, capitale de la République populaire de Chine. Il est géré par la société Beijing Capital International Airport Company Limited, qui est cotée en bourse et fait partie l'indice H-share Hang Seng. Il est situé à une vingtaine de kilomètres au nord-est du centre de la ville, dans le district de Chaoyang.

Il dispose de trois terminaux, le troisième fut inauguré le 29 février 2008.

Avec un trafic d'environ 73,9 millions de passagers, l'aéroport est passé au 2e rang mondial en 2010, derrière l'aéroport d'Atlanta, soit un gain de 6 places et une augmentation de plus de 32 % du trafic par rapport à 2008. Depuis 2009, il est également devenu le premier aéroport asiatique, passant devant Tokyo Haneda. Toutefois, son activité est essentiellement d'ordre domestique, l'international restant au second plan.

Le terminal 3 d'une surface de 98 hectares est le plus grand terminal d'aéroport au monde[1], plus grand que l'aéroport de Londres Heathrow. Il a été construit pour répondre aux difficultés liées à l'accroissement de fréquentation depuis le boom économique et en prévision de l'organisation des Jeux Olympiques d'été de 2008. Il porte à 76 millions le nombre de voyageurs potentiels par an.

Le terminal 1 est réservé aux vols intérieurs de China Southern et Xiamen Airlines. Le terminal 2 est utilisé pour sa partie domestique par les autres compagnies domestiques et sert aussi pour les vols internationaux de l'alliance SkyTeam.

 

Sommaire

 

 

Situation

L'aéroport est situé au nord de Pékin, dans le district de Shunyi, mais est rattaché au District de Chaoyang, à 25 km de la place Tian'anmen.

Histoire

L'aéroport International de Pékin a été inauguré le 2 mars 1958, date de sa mise en service, la première mise en service des aéroports civils de la Chine. À cette époque, seul un petit bâtiment, aujourd'hui appelé l'aéroport du Sud, était utilisé principalement pour les passagers VIP et les avions charters.

Le 1er janvier 1980, le projet est terminé et officiellement mis en service ; il a une superficie de 60 000 m2.

Compagnies aériennes

Terminal 1 (Domestique)
  • Grand China Airlines Domestic CN
  • Hainan Airlines Domestic HU
  • Beijing-Shanghai Air Express
  • Grand China Express GS
  • Deer Air JD
Terminal 2 (International / Hong Kong / Macao / Taiwan)
Terminal 3

Zone C (Domestique)

Zone E (International / Hong Kong / Macao / Taiwan)

Statistiques

Trafic annuel
AnnéePassagersÉvolution sur un anRang mondialMouvementsRang mondialCargo (tonnes)Rang mondial
2002 27 159 665 en augmentation 12,3 % 26 242 338   669 347 25
2003 24 283 818 en diminution 10,6 % >30 233 776   662 141 26
2004 34 883 190 en augmentation 43,6 % 20 304 882   668 690 27
2005 41 004 008 en augmentation 17,5 % 15 341 681   782 066 24
2006 48 654 685 en augmentation 18,7 % 9 376 643 30 1 028 908 20
2007 53 583 664 en augmentation 10,1 % 9 399 697 23 1 192 553 20
2008 55 937 289 en augmentation 4,4 % 8 431 670 21 1 365 768 18
2009 65 372 012 en augmentation 16,9 % 3 488 505 10 1 475 649 14
2010 73 948 113 en augmentation 13,1 % 2 517 584 8 1 551 471 15
2011 78 674 513 en augmentation 6,4 % 2 533 166   1 640 232  
2012 81 800 000 en augmentation 4 % 2        
Source 2002-2010 : Conseil international des aéroports[2] ; Source 2002-2005 et 2011 : Administration de l'aviation civile de Chine[3],[4],[5],[6]

Posté par tramman à 21:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

areoport de Nice-Côte d'Azur

areoport de Nice-Côte d'Azur

Nice Côte d’Azur
Image illustrative de l'article Aéroport de Nice-Côte d'Azur
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Ville Nice
Coordonnées 43° 39′ 56″ Nord 7° 12′ 53″ Est / 43.665559, 7.214606 ()  
Altitude 3 m (10 ft)
 

Géolocalisation sur la carte : Nice

(Voir situation sur carte : Nice)
Nice Côte d’Azur
Pistes
DirectionLongueurSurface
04R/22L 2 960 m (9 711 ft) Béton bitumineux
04L/22R 2 570 m (8 432 ft) Béton bitumineux
Informations aéronautiques
Code AITA NCE
Code OACI LFMN
Nom cartographique NICE
Type d'aéroport Civil
Gestionnaire Aéroports de la Côte d’Azur (ACA)
Site web gestionnaire Consulter
Site web aéroport Consulter
Cartes SIA LFMN.pdf VAC

L'aéroport de Nice-Côte d’Azur (code AITA : NCE • code OACI : LFMN), est un aéroport international français situé à Nice, dans les Alpes-Maritimes.

Il est géré par la société Aéroports de la Côte d'Azur (ACA), deuxième société aéroportuaire française après Aéroports de Paris, qui gère également l'aéroport de Cannes-Mandelieu et qui a acquis 99,9 % des actions de la société Aéroport du Golfe de Saint-Tropez (AGST) le 26 juillet 2013.

En termes de trafic passagers, il occupe la troisième place parmi les aéroports français, après les aéroports de Paris-Charles-de-Gaulle et de Paris-Orly. Les quatrième et cinquième positions étant occupées par les aéroports de Lyon-Saint-Exupéry et de Marseille Provence.

Il a été construit sur une zone partiellement gagnée sur la mer située dans le prolongement de la promenade des Anglais, le long du Var dans le quartier de l'Arenas. Sa situation géographique particulière assure aux passagers un atterrissage spectaculaire longeant le littoral de la Côte d'Azur avec une vue imprenable sur les iles, les baies, les plages, les montagnes enneigées l'hiver, et l'agglomération qui offre une image féerique la nuit. L’atterrissage se termine par un vol à très faible altitude au-dessus de la mer avant de finalement toucher terre.

Le trafic commercial en 2013 a atteint 11,55 millions de passagers. Il établit ainsi un nouveau record annuel pour la plateforme.

 

Sommaire

 

 

Statistiques

Évolution du nombre de passagers (commercial + non-commercial)
AnnéeNombre de passagersVariation
2000 9 445 278  
2001 9 042 575 en diminution - 4,3 %
2002 9 236 140 en augmentation + 2,1 %
2003 9 183 809 en diminution - 0,6 %
2004 9 388 120 en augmentation + 2,2 %
2005 9 798 511 en augmentation + 4,4 %
2006 10 000 918 en augmentation + 2,1 %
2007 10 454 325 en augmentation + 4,5 %
2008 10 440 310 en diminution - 0,1 %
2009 9 878 828 en diminution - 5,4 %
2010 9 651 712 en diminution - 2,3 %
2011 10 455 640 en augmentation + 8,5 %
2012 11 222 042 en augmentation + 7,3 %
2013 11 554 251 en augmentation + 3,3 %

Un nouveau record mensuel de passagers a été établi en juillet 2013 avec 1 358 697 passagers[1] ont utilisé l'aéroport. Le précédent record avait été établi en juillet 2012 avec 1 332 337 passagers (dont 1 325 937 passagers commerciaux).

Un nouveau record hebdomadaire de passagers a été établi durant la semaine 26 de l'année 2013 avec 312 910 passagers commerciaux. Le précédent record datait de la semaine 28 de l'année 2012 avec 303 899 passagers commerciaux.

Un nouveau record journalier de passagers a été établi le dimanche 30 juin 2013 avec 50 497 passagers commerciaux. Le précédent record remontait au dimanche 15 juillet 2012 avec 49 094 passagers commerciaux.

Évolution du nombre de mouvements (commercial + non-commercial)
AnnéeNombre de mouvementsVariation
2000 217 366  
2001 204 224 en diminution - 6,0 %
2002 188 512 en diminution - 7,7 %
2003 181 303 en diminution - 3,8 %
2004 165 715 en diminution - 8,6 %
2005 169 368 en augmentation + 2,2 %
2006 178 861 en augmentation + 5,6 %
2007 190 078 en augmentation + 6,3 %
2008 183 612 en diminution - 3,4 %
2009 162 826 en diminution - 11,3 %
2010 161 355 en diminution - 0,9 %
2011 170 576 en augmentation + 5,7 %
2012 176 402 en augmentation + 3,4 %
2013 173 903 en diminution - 1,4 %

Le trafic de la plateforme présente deux saisons particulières : la saison été de fin avril à fin septembre, puis la saison hiver de début octobre à fin avril. La saisonnalité dite estivale tend ces dernières années à s'étendre aux mois avoisinants.

Quelques chiffres à propos de la saison été 2013 :

  • 105 destinations desservies dans 33 pays
  • 56 compagnies régulières desservent l'aéroport
  • 1354 fréquences hebdomadaires

Quelques chiffres se rapportant à la saison hiver 2013/2014 :

  • 63 destinations desservies dans 25 pays
  • 34 compagnies régulières
  • 800 fréquences hebdomadaires
  • 14 principaux hubs desservis en connexion aux 5 continents (Amsterdam, Copenhague, Dubaï, Francfort, Istanbul, Lisbonne, Londres Heathrow, Madrid, Moscou, New York, Paris-CDG, Rome, Vienne, Zurich)

Histoire

Les débuts

  • 1910 : l'aéroport de Nice trouve son origine dans l'organisation en 1910 d'un premier meeting aérien, qui suit de seulement un an la première traversée de la Manche par Louis Blériot. Au départ, il s'agit des champs du lieu-dit La Californie et de quelques hangars. L'évènement attire tout de même 100 000 personnes[2].
  • 1918 : un service postal relie expérimentalement le port de Nice et la Corse par hydravion. Mais ce sont encore les meetings aériens qui font l'activité aérienne de Nice[3].
  • 1925 : création d'une école de mécaniciens-avions par l'aéro-club de Nice[4].
  • 1928 : une liaison postale hebdomadaire vers Marseille est assurée[4].
  • 1929 : reconnaissance officielle du site niçois comme aérodrome par le ministre de l'Air[3].
  • 1935 : une ligne Nice-Bastia est expérimentée[4].
  • 1944 : construction d'une piste en dur[5].
  • 1945 : Air France s'implante sur l'aéroport niçois, et ouvre une ligne Nice-Paris[5].
  • 1946 : l'aéroport ouvre à la circulation aérienne publique sous le nom de « Nice - Le Var »[5].
  • 1955 : changement de nom pour « Nice Côte d'Azur »[5].
  • 1959 : ouverture d'une première ligne à l'international Nice-Rome[6].
  • 18 avril 2012 : l'aéroport reçoit le label « Famille Plus »[7].
  • Avril 2013 : easyJet devient le premier opérateur de la plateforme devant Air France

Catastrophe géologique du 16 octobre 1979

Article détaillé : Tsunami de l'aéroport de Nice.

Le 16 octobre 1979, une partie du chantier de construction du nouveau port de Nice, au sud de la plateforme de l'aéroport de Nice, s'effondre en mer[8],[9] provoquant la mort ou la disparition de neuf personnes. Cette catastrophe n'aura pas d'incidence importante sur le développement de la plateforme aéroportuaire mais fera abandonner le projet de construction d'un nouveau port de commerce à Nice.

Quant à l'origine de cette catastrophe, le Conseil d'État, après des années d'études et de procédures, a jugé, le 11 décembre 1991, que: « Il résulte de l'instruction et notamment des rapports d'expertise, que le 16 octobre 1979, la mer s'est brusquement abaissée de plus de deux mètres dans le port de Nice, en même temps que s'effondraient la digue et les soubassements de cette digue en cours de réalisation dans le nouveau port de Nice(le volume des matériaux effondré a été estimé à 8.7x106 m3 de matériaux[8]). Un raz de marée s'est ensuite produit, provoquant des vagues d'une amplitude de sept mètres et un tsunami de 2 à 3 m de hauteur[8] qui ont détruit un important matériel. Ce phénomène est imputable, non à des circonstances d'origine inconnue qui auraient affecté le terrain d'assiette des travaux entrepris dans le port, mais à un important effondrement du sol sous-marin qui a eu lieu au large de la côte. » (Voir Arrêt Numéro : 81588 du Conseil d'État). Selon les enquêtes et études faites après la catastrophe, il est apparu que si ce secteur est effectivement caractérisé « par une plaque tectonique active dû au mouvement du bloc corso-sarde, elle est donc caractérisée par une sismicité modérée » et « aucun séisme n’a été enregistré en octobre 1979 lors de l’effondrement au niveau de l’aéroport de Nice, donc la sismicité de cette zone n’est pas traitée comme un facteur responsable de ce glissement »[8]. De plus selon Dan Gabriela, « la forte accumulation sédimentaire ne représente pas un facteur déclenchant du glissement de 1979 »[8], c'est le « fluage d’une couche d’argile sensible sous l'effet de la charge de l’aéroport » qui a causé cet effondrement, et la zone reste vulnérable[8].

L'effondrement a induit un « courant de turbidité » qui a été « capable de couper 2 câbles téléphonique situés à environ 80 et 110 km de distance de la source du glissement »[8]

D'un point de vue géologique, l'aéroport de Nice est construit en limite du plateau continental et en partie sur des alluvions du delta du Var. L'instabilité géologique à cet endroit est due à la présence sous la partie ouest de la zone aéroportuaire, en aval, d'un profond paléo-canyon (désormais envasé) creusé par le Var entre -5 960 000 et -5 330 000 durant la crise de salinité messinienne. Ce canyon sous-marin induit au niveau de l'aéroport une hauteur importante de sédiments qui le comblent (moins stables que la plaque continentale) et en aval des courants de turbidité pouvant induire des mouvements soudains (avalanche sous-marine de sédiments dévalant le canyon messinien)[10].

On peut lire dans le journal Nice-Matin du 10 février 1988 : «Le 16 octobre 1979, peu avant 14 heures un très important glissement de terrain s'est produit au confluent des canyons du Paillon et du Var, entraînant dans son sillage un volume de matériaux de l'ordre de 200 à 400 millions de mètres cubes. Dans un premier temps, on a constaté un retrait de la mer comme aspirée par cette dépression. En se retirant, la mer a privé la digue du nouveau port, pas encore consolidée, de son étai naturel. D'où son effondrement. Des oscillations se sont, ensuite, succédé pour atteindre une amplitude allant jusqu'à sept mètres (soit une vague de 3,50 m) à la Salis à Antibes. De son côté, l'énorme glissement sous-marin a continué de progresser vers le large pour rompre à 18h45 le câble téléphonique Gênes-Barcelone, à quatre-vingt kilomètres au large de Nice, et à 23 heures celui de Gênes-Sassari à cent dix kilomètres au large» (Voir : Compte rendu d'une séance du tribunal administratif de Nice publié dans le journal Nice-Matin du 10 février 1988).

Infrastructures

Intérieur du terminal 2

L'aéroport Nice Côte d'Azur couvre une superficie de 370 hectares, dont :

  • 270 hectares réservés aux pistes : (deux pistes parallèles orientées 044°/224° séparées de 309,5 mètres)
  • 100 hectares réservés aux installations terminales : deux terminaux passagers
  • 1 terminal fret.
  • Deux terminaux passagers, ouverts tous les deux au trafic national, Schengen et non-Schengen). Un des architectes du terminal 2 est Paul Andreu, qui a aussi dessiné les terminaux de Roissy Charles de Gaulle.
    • Terminal 1 : 52 000 m2 :
      • 6 passerelles télescopiques
      • 25 portes d'embarquement
      • Capacité : 4,5 millions de passagers.
    • Terminal 2 : 57 800 m2
      • 14 passerelles télescopiques et vitrées
      • 29 portes d'embarquement
      • Capacité : 8,5 millions de passagers

Capacité théorique :

  • 13 millions de passagers
  • 60 mouvements/heure (30 atterrissages par heure + 30 décollages)
  • Terminal fret : 30 000 tonnes/an

En septembre 2011, la passerelle 54 a été inaugurée dans le prolongement du terminal 2, destinée à accueillir de manière plus adéquate les très gros porteurs. Un A380 de l'avionneur Airbus a participé à cette inauguration.

En 2013, le classement des aéroports établi par Skytrax place l'aéroport de Nice à la 76e place mondiale, en tête parmi les aéroports français[11].

Administration

L'aéroport a été administré jusqu'en 2008 par la Chambre de commerce et d'industrie de Nice-Côte d'Azur à qui l'État l'avait concédé en 1956.

Cette concession a été transférée le 25 juillet 2008 à la société anonyme Aéroports de la Côte d'Azur (ACA), créée à cet effet le 28 décembre 2006. La société administre également l'aéroport de Cannes - Mandelieu.

Le capital de la société ACA est détenu à 60 % par l'État, à 25 % par la Chambre de commerce et d'industrie Nice Côte d'Azur, à 5 % par le conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur, à 5 % par le conseil général des Alpes-Maritimes et à 5 % par la métropole Nice Côte d'Azur.

Le président du directoire de la société est Dominique Thillaud.

Les services de la navigation aérienne sont rendus par le Service de la Navigation Aérienne Sud-Est (SNA/SE), dépendant de la direction générale de l'Aviation civile. Le SNA/SE est chargé de la fourniture des services de la circulation aérienne au profit des aéroports de Nice Côte d'Azur, Cannes Mandelieu, Bastia Poretta, Ajaccio Napoléon Bonaparte, Calvi Sainte Catherine, Figari Sud Corse.

Procédures d'approche

Il existe trois procédures principales d'approche pour les avions à destination de Nice[12].

  • Aux QFU 04L et 04R:
    • La procédure VOR A (ancienne RIVIERA) suivie de VPT A est disponible aux QFU 04L et 04R et est une procédure basée sur le VOR-DME CGS suivie d'une manœuvre à vue imposée (MVI). Elle a été créée pour éviter le survol du Cap d'Antibes et est utilisée par beau temps (visibilité supérieure à 10 km, plafond nuageux supérieur à 3 000 ft) soit 62 % du temps. Cette procédure consiste dans une percée du radial 175° de CGS et d'un virage final à droite de 50°.
    • La procédure RNAV (GNSS) 04 suivie de VPT A est l'overlay de la procédure VOR A. Elle est devenue l'approche préférentielle en QFU 04L et 04R depuis décembre 2012 en remplacement de l'approche VOR A.
    • La procédure ILS est utilisée quand les conditions météorologiques ne permettent pas la mise en œuvre de la procédure VOR A/GNSS et est utilisée environ 25 % du temps
  • Aux QFU 22R et 22L:
    • La procédure VOR B (ancienne SALEYA) suivie de VPT B est disponible aux QFU 22R et 22L et est procédure basée sur le VOR-DME AZR ou sur le VOR-DME CGS suivie d'une manœuvre à vue imposée (MVI), et nécessite de bonnes conditions météorologiques (visibilité supérieure à 8 km, plafond nuageux supérieur à 1 500 pieds). Elle consiste dans une percée du radial 089° d'AZR puis d'un virage à droite au cap Nord-Ouest et d'un virage final à gauche de 80°. Elle est utilisée environ 13 % du temps.
    • Jusqu'en 2004 il n'existait que la procédure BLUE BAY 22 qui consistait en une MVI classique, c'est-à-dire en une percée sur l'axe ILS 04 suivie d'une manœuvre à vue imposée : ouverture à droite puis vent arrière au sud de l'aéroport et dernier virage par la gauche devant la promenade des Anglais. Cependant, les avions se croisaient au départ (1500 pieds maximum au virage à gauche imposé) et à l'arrivée (2500 pieds à l'ouverture à droite) au Sud des Pistes. De plus, la cadence d'atterrissage était limitée à 1 avion toutes les 10 minutes, soit 6 arrivées par heure. Or comme la demande moyenne de l'aéroport de Nice était alors de 20 à 24 arrivées par heure, cela provoquait de nombreux déroutements vers des aéroports voisins. Finalement, le 15 avril 2004, la procédure SALEYA a été instaurée qui plus tard est devenue VOR B[13].
    • Il existe aussi désormais une approche GNSS (GPS) RNAV en piste 22, abaissant les minima à 1250 pieds et 5 000 mètres de visibilité, néanmois cela s'avère toujours insuffisant lors de mauvaises conditions météo (vent du sud-ouest et plafond bas/averses) telles que subies le 25 décembre 2013 et 4 janvier 2014. Il faudrait pour cela développer une approche GNSS "courbe" tel qu'à Queenstown en Nouvelle-Zélande.

Conditions particulières d'exploitation

L'une des pistes de l'aéroport

La proximité de la ville de Nice et du relief montagneux, de même que les contraintes d'environnement imposent des conditions d'exploitation particulières[14].

Contrairement à l'immense majorité des aéroports possédant deux pistes parallèles, à Nice, pour des raisons de bruit, la piste d'atterrissage est la piste la plus proche des terminaux (04L/22R)[15]. Ceci implique que les avions au départ doivent traverser la piste utilisée à l'atterrissage pour se rendre vers la piste de décollage.

Compte tenu de la topographie locale, la quasi-totalité des guidages radar afin de séquencer les avions en approche à Nice et Cannes sont effectués au-dessus de la mer. Les normes radar appliquées par les contrôleurs aériens sont les suivantes : 3 NM (1 mille nautique = 1,852 km) horizontalement ou 1 000 ft (1 pied = 30 cm) verticalement.

Les contrôleurs disposent d'un radar primaire sur le terrain (l'ancien, démantèlé était à proximité du T2 et le nouveau, à proximité de l'Homme de Pierre, entre les deux aérogares) couplé avec un radar secondaire mode S et d'un radar secondaire monopulse situé à Caussols, aux Hauts-Montets.

Les fonctionnaires de la tour de Nice assurent les services du contrôle d'approche pour les aéroports de Nice, Cannes, Saint-Tropez La Môle.

L'aéroport de Nice peut accueillir tous types de trafic, du plus modeste monomoteur aux plus gros et modernes quadri-réacteurs comme l'A380, l'A340 ou le B747.

Au sud des pistes se situe la zone hélicoptère, dénommée « Aire Mike » et qui est la plus grande d'Europe (pour les installations civiles). La ligne aérienne avec Monaco est la première au monde en nombre de passagers.

Autre particularité de l'aéroport de Nice : les pompiers disposent d'une vedette pour le secours aux victimes d'un crash en mer[16].

Procédures de décollage et nuisance sonores

Le 10 avril 2008, une nouvelle procédure de décollage avait été mise en place. Les avions, qui auparavant viraient vers le large juste après le décollage, traversaient désormais une partie de la baie des Anges et tournaient vers la mer à hauteur de l'hôpital Lenval[17]. Cette nouvelle procédure, plus bruyante, suscita les plaintes des riverains[18]. Le maire de Nice Christian Estrosi réclama alors un retour à la situation précédente auprès du secrétariat d'État aux Transports[17]. Finalement, le 17 décembre 2009, en accord avec la Direction générale de l'aviation civile, la procédure initiale fut rétablie[17].

Caractéristiques de trafic

Un avion Air France en stationnement au terminal 2.

La majorité des aéroports internationaux et régionaux français sont desservis à partir de Nice par Air France ou ses filiales. Après les faillites des compagnies aériennes Air Littoral, AOM, Air Liberté, Swissair et Sabena, le trafic de l'aéroport de Nice a baissé. Depuis 2004, le trafic augmente à nouveau grâce notamment à l'expansion de la compagnie low-cost EasyJet et d'autres compagnies à bas coûts. Une caractéristique intéressante du trafic de la plateforme niçoise est la part très importante que tiennent les vols privés : environ 20 % du trafic est composé de vols d'affaires : deux parties de l'aéroport sont réservées au stationnement des avions d'affaires (le gabarit de ces avions varie entre de petits monomoteurs et des Boeing 747 ou Airbus A340 privés).

Un grand nombre de navettes sont assurées par hélicoptère entre Nice et Monaco par des sociétés spécialisées : 24 relations aller-retour quotidiennes en moyenne.

Delta Air Lines relie quotidiennement New-York à la capitale azuréenne en B767. Depuis novembre 2010, la compagnie Emirates propose un vol quotidien vers Dubaï en B777-300. Qatar Airways exploitait 3 vols par semaine vers Doha mais a cessé ses vols au mois de mai 2013.

Air Transat et Air Canada Rouge relient Nice à Montréal 4 fois/semaine depuis mai 2014. Air Transat assura la ligne avec un A310 et Air Canada Rouge avec un B767.

Accès à l’aéroport

En voiture

Par l'autoroute A8, sortie préférentielle : Nice St Augustin. Nombreux parkings sur l'aéroport.

En train

Gare de Nice St Augustin (TER), puis récupérer la navette interne gratuite de l'aéroport devant le lycée Paul Augier (lycée Hôtelier).

En bus urbain

L'aéroport est desservi par les lignes semi-directes 98 (Riquier-Port-Lycée Masséna-Promenade des Anglais-Aéroport) et 99 (Gare SNCF Nice Ville-Aéroport), et la ligne urbaine 23, du réseau Lignes d'azur. Horaires : [1]. La ligne 23 est au tarif urbain normal (1,50 €). Les lignes 98 et 99 sont à tarification spécifiques (6 €).

En bus interurbain

L'aéroport est desservi par les lignes interurbaines 200, 230 et 500, et diverses lignes à destination des vallées. En direction de Nice, il s'agit d'un arrêt de descente uniquement (pas de prise en charge de passagers) tandis que dans la direction opposée (Cannes, Sophia-Antipolis...), il ne s'agit d'un arrêt de montée uniquement. Il existe des lignes semi-directes par l'autoroute, à destination de Cannes (210), Monaco-Menton (110), Golfe-Juan Vallauris (250), Fréjus, Gap ... Il est prudent de vérifier soigneusement, selon les horaires, le point de passage exact de la ligne que vous comptez prendre. Horaires [2]. Les bus des lignes internationales arrivent et partent du parking Lindberg.

Desserte interne

Une navette gratuite, gérée par l'aéroport, effectue un circuit entre les terminaux 1 et 2 en passant par les différents parkings, la zone de fret, le lycée Paul Augier, le parking Lindberg, avec une fréquence de 6 minutes en journée.

Future desserte

À terme de la construction de la ligne 2 du tramway de Nice, celle-ci desservira les terminaux 1 et 2.

   Station Accessible aux personnes handicapéesCoordonnéesQuartierCorrespondances 
    Terminal 1 43° 39′ 54″ N 7° 12′ 40″ E / 43.665111, 7.211025 (Terminal 1)   Autobus  23  98  99  N100  110  N200  210  250 
    Arénas 43° 40′ 05″ N 7° 12′ 40″ E / 43.667939, 7.211131 (Arénas)   Autobus  23  (arrêt « Lycée hôtelier »)
    Costes et Bellonte 43° 40′ 03″ N 7° 12′ 36″ E / 43.667472, 7.209909 (Costes et Bellonte)    
    Parking longue durée P8 43° 39′ 59″ N 7° 12′ 30″ E / 43.666504, 7.208265 (Parking longue durée P8)   Autobus  10  23  98  99  N4  (arrêt « Les Sagnes »)
    Click & Park P4 43° 39′ 55″ N 7° 12′ 20″ E / 43.665147, 7.205626 (Click & Park P4)    
    Parking low-cost P9 / Parking P6 43° 39′ 50″ N 7° 12′ 09″ E / 43.663962, 7.202455 (Parking low-cost P9 / Parking P6)    
    Terminal 2 43° 39′ 35″ N 7° 12′ 17″ E / 43.659848, 7.204825 (Terminal 2)   Autobus  98  99  110  210  250 
    Click & Park P7 / Parking P6 / Fret 43° 39′ 47″ N 7° 12′ 11″ E / 43.66298, 7.203014 (Click & Park P7 / Parking P6 / Fret)    
    Click & Park P4 / Pôle technique 43° 39′ 54″ N 7° 12′ 29″ E

Posté par tramman à 20:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mai 2014

American Airlines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

American Airlines

Logo de cette compagnie
AITAOACIIndicatif d'appel
AA AAb callsign = AMERICAN
Repères historiques
Date de création 1930 (sous American Airways)
Généralités
Basée à Aéroport international de Dallas-Fort Worth Aéroport international de Los Angeles Aéroport international John-F.-Kennedy Aéroport international de Miami Aéroport international O'Hare
Autres bases Aéroport de LaGuardia Aéroport international Logan Aéroport international Luis-Muñoz-Marín
Programme de fidélité AAdvantage
Alliance Oneworld
Taille de la flotte 629 (American Airlines) + 242 (American Eagle)
Nombre de destinations 157 (2009)
Siège social Fort Worth (Texas) Drapeau des États-Unis États-Unis
Société mère AMR Corporation
Effectif 78 900 [1] (2009)
Dirigeants Thomas W. Horton
Site web www.aa.com
Données financières
Chiffre d'affaires 19,9 milliards $ [1] (2009)
Résultat net en diminution 1,5 milliard $ [1] (2009)

American Airlines (code AITA : AA ; code OACI : AAL) est une compagnie aérienne américaine. Elle opère des vols intérieurs et internationaux sur quatre continents, depuis ses nombreux hubs à Dallas-Fort Worth (DFW), Los Angeles (LAX), New York/JFK (JFK), Miami (MIA) et Chicago O'Hare (ORD). En 2010, c'est la 3e plus grande compagnie aérienne au monde (derrière Delta Air Lines et United Airlines). Elle dessert avec ses partenaires American Eagle Airlines et American Connexion plus de 250 villes dans 40 pays et territoires avec plus de 3 400 vols quotidiens[2]. Elle est contrôlée par AMR Corporation et son siège social se trouve à Fort Worth, au Texas. En 2010, elle est au 120e rang du Fortune 500[3]. American Airlines est membre fondateur de Oneworld. Fin novembre 2011, elle se place sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites des États-Unis afin de réorganiser son activité. Celle-ci va fusionner avec la compagnie US Airways et va devenir la compagnie numéro une mondiale.

 

 

Historique[modifier | modifier le code]

Années 1930[modifier | modifier le code]

Au matin du 15 avril 1926, un jeune aviateur, Charles Lindbergh, s'envole à bord d'un DH-4 effectuant une livraison postale pour le compte de la Robertson Aircraft Corporation of Missouri de Chicago à Saint-Louis[4],[5]. Ce vol est considéré comme le tout premier vol régulier de ce qui allait devenir plus tard American Airlines. En fait il n'avait rien de « régulier » puisque c'était une expérience, mais il est mis en avant comme un précédent historique par la publicité de la compagnie. À l'origine, soit en 1930, American Airlines s'appelait American Airways[5]. Cette dernière était le résultat de la fusion de la Aviation Corporation, de ses filiales et de la Robertson Aircraft Corporation of Missouri. En 1934, l'entreprise éprouvait de grandes difficultés économiques et, rachetée par Errett Lobban Cord, prit son nom actuel American Airlines[5]. La même année, le 13 mai, Cyrus Rowlett Smith est nommé PDG de la compagnie aérienne, poste qu'il occupera jusqu'en 1968, mis à part pendant la Seconde Guerre mondiale[5]. Le 25 juin 1936, American Airlines est la première compagnie aérienne à introduire le Douglas DC-3[5]. Le 16 février 1937, elle reçoit son millionième passager[5]. Le 10 juin 1939, American Airlines entre à la bourse de New York (NYSX)[5].

Années 1940[modifier | modifier le code]

Durant la Seconde Guerre mondiale, la moitié de la flotte de Douglas DC-3 d'American Airlines est affrétée par la U.S. Army[4]. En 1941, American Airlines inaugure son vol New York-Toronto[4]. En 1942, American Airlines développe un service de restauration appelé Sky Chefs pour ses passagers ainsi que les autres compagnies aériennes[5]. En septembre de la même année, American Airlines inaugure ses vols El Paso-Monterrey et Dallas-Mexico[4]. En 1944, American Airlines met en place le premier service aérien régulier intérieur aux États-Unis de transport de marchandises avec le Douglas DC-3, pour continuer par la suite durant les années 1950 avec des Douglas DC-6A et Douglas DC-7[5]. Entre 1945 et 1950, American Airlines opère American Overseas Airlines (AOA), une division transatlantique qui dessert de nombreux pays européens[5]. En 1946, American Airlines établit sa base d'entretien d'aéronefs à Tulsa en Oklahoma[5]. En 1947, American Airlines met en service son premier Douglas DC-6, suivi du Convair 240 en 1948[5].

Années 1950[modifier | modifier le code]

En 1953, American Airlines introduit dans sa flotte le Douglas DC-7 et peut ainsi desservir la totalité des États-Unis continentaux en vols non-stop dans les deux directions[5]. En 1957, elle inaugure un centre de formation pour son PNC, l'American Airlines Stewardess College à Dallas/Forth Worth[5]. En janvier 1959, American Airlines introduit dans sa flotte le Lockheed L-188 Electra[5]. Le 25 janvier 1959, elle est la première compagnie aérienne américaine à offrir des vols de la Côte Est à la Côte Ouest des États-Unis avec le Boeing 707[5], raccourcissant la durée de 8 à 5 heures de vol[6]. L'aller simple coûtait à l'époque 115,50 $ avec un supplément de 10 $ pour des frais de service ou encore l'aller-retour à 231 $, soit 25 % moins cher que les avions à pistons de cette époque[7].

Années 1960[modifier | modifier le code]

Boeing 707 Astrojet spécialement affrété par la U.S. Army en 1966

En 1960, American Airlines et IBM conçoivent le système de réservation SABRE[5],[4]. En 1962, elle introduit dans sa flotte le Convair 990 et en 1964 le Boeing 727[5]. En décembre 1966, elle retire de sa flotte le Douglas DC-6[5]. En 1968, elle est la première compagnie aérienne à commander le McDonnell Douglas DC-10[5].

Années 1970[modifier | modifier le code]

En 1970, American Airlines rachète la Trans Caribbean Airways étant établie à Porto Rico, elle acquerra ainsi dans les années 1970 plusieurs routes aériennes dans les Caraïbes[5]. En mars 1970, American Airlines introduit dans sa flotte son premier Boeing 747[8],[9]. Elle en acheta 16 au total[4]. Elle utilisera aussi des Boeing 747 pour le cargo pendant quelques années[8],[10]. Le 5 août 1971, American Airlines effectue le premier vol commercial avec le McDonnell Douglas DC-10[5]. Le 12 juin 1972, le vol 96 reliant Los Angeles à New York LGA via Détroit et Buffalo subit une décompression explosive d'une porte de soute cargo, l'avion se posa à Détroit ne faisant aucun mort. En 1973, Bonnie Tiburzi devient la première femme pilote à bord d'un Boeing 727 d'American Airlines[11]. En 1974, la NASA acquit un des Boeing 747-123 d'American Airlines immatriculé (N905NA) pour s'en servir comme Shuttle Carrier Aircraft(avion de transport de navette)[12],[13]. En février 1974, Albert V. Casey est nommé PDG et CEO[5]. En 1977, elle commence à desservir Montréal, Montego Bay, Kingston, Pointe-à-Pitre et Fort-de-France[4]. En 1979, le siège social déménage de New York à Fort Worth[5]. Le 20 janvier 1979, American Airlines inaugure huit nouvelles destinations, Albuquerque, La Nouvelle-Orléans, Las Vegas, Miami, Minneapolis/St-Paul, Reno, Tampa/St. Petersburg et St-Martin[4]. Le 25 mai 1979, la compagnie connait sa plus grosse catastrophe avec le crash du vol 191 à Chicago O'Hare.

Années 1980[modifier | modifier le code]

En 1980, Robert L. Crandall devient PDG et CEO[5]. En 1981, American Airlines introduit AAdvantage, le tout premier programme de fidélisation[5]. La même année, le 11 juin, American Airlines établit son hub à Dallas-Fort Worth[5]. Plus tard, elle ajoutera de nouvelles villes ainsi que de nouvelles routes aériennes pour renforcer son réseau. En août 1981, elle ne possède plus dans sa flotte de Boeing 707 et Boeing 707F les ayant tous mis à la retraite[5]. En 1982, elle introduit dans sa flotte le Boeing 767 et établit son hub à Chicago O'Hare[5]. En mai 1982, les actionnaires approvent une réorganisation d'American Airlines et la création d'un holding, AMR Corporation, devient ainsi la maison mère de la compagnie aérienne[5]. Toujours en mai 1982, American Airlines inaugure sa liaison Dallas/Forth-Worth-Londres-Gatwick[5]. En 1983, elle introduit dans sa flotte le McDonnell Douglas MD-80[5],[14]. En 1984, American Airlines introduit American Eagle Airlines, un réseau de compagnies aériennes régionales, desservant les plus petites villes aux plus grosses[5]. En 1985, 10 000 agences de voyages utilisent le système SABRE pour leurs réservations[5]. En 1986, elle emploie déjà plus de 50 000 personnes, elle vend sa filiale Sky Chefs et fait l'acquisition d'Air California[5]. Toujours la même année, elle inaugure ses vols vers Genève, Tokyo et Zurich[4]. En 1989, American Airlines introduit dans sa flotte le Boeing 757[15]. Le 13 septembre 1989, American Airlines inaugure son 7ème hub à Miami[5].

Années 1990[modifier | modifier le code]

En 1991, American Airlines reçoit son milliardième passager[5]. La même année, elle introduit dans sa flotte le McDonnell Douglas MD-11[16]. En 1992, elle instaure un nouveau service de classe premium, pour sa première classe et classe affaires American Flagship Service à destination de l'Asie, l'Amérique latine et l'Europe[5],[17], de plus elle inaugure ses vols vers Paris et Berlin[5]. Le 3 juillet 1993, elle inaugure à Fort Worth, son propre musée, le American Airlines C.R. Smith Museum[5],[18]. En 1995, American Airlines lance son premier site internet[19]. Le 20 décembre 1995, le vol 965 reliant Miami à Cali s'écrase contre une montagne à son approche sur Cali, faisant 159 morts et 4 survivants. Le 21 septembre 1998, American Airlines et quatre autres compagnies aériennes annoncent la création d'une future alliance appelée Oneworld qui entrera en fonction 1er février 1999. En 1999, American Airlines introduit le Boeing 777 et le Boeing 737-800 à sa flotte[5].

Années 2000[modifier | modifier le code]

MD-80 en 2006.
American Airlines à DFW en 2009.

En avril 2001, la Trans World Airlines est rachetée par American Airlines[5]. Le 11 septembre 2001, deux avions (le vol 77 et le vol 11) de la compagnie furent détournés par des terroristes. Le vol 11 s'écrasa sur la tour nord du World Trade Center et le vol 77 sur le Pentagone. Le 12 novembre 2001, le vol 587 reliant New York à Saint-Domingue s'écrase au décollage faisant 265 morts. Le 23 décembre 2001, Richard Reid se fait arrêter en essayant de faire exploser le vol 63 entre Paris et Miami. En avril 2002, American Airlines inaugure une nouvelle route aérienne entre New York et Tokyo[5], faisant ainsi sa quatrième entrée au Japon. Le 14 janvier 2004, American Airlines célèbre le 30e anniversaire du premier vol commercial à l'aéroport international de Dallas-Fort Worth. En mai 2004, Gerard Arpey devient l'actuel PDG d'AMR Corporation et d'American Airlines. En 2005, American Airlines inaugure sa plus longue route aérienne entre Chicago et Delhi[5]. Le 2 avril 2006, American Airlines inaugure son premier vol vers la Chine avec un Boeing 777 en lançant son vol quotidien Chicago - Shanghai[5]. En 2007, American Airlines emménage au nouveau Terminal 8 de l'aéroport international John-F.-Kennedy, après des travaux d'un coût de 1,3 milliard de dollars[20]. En 2008, American Airlines devient le premier transporteur américain à proposer une connexion haut débit WiFi sur ses vols intérieurs[21]. Le 15 octobre 2008, elle annonce qu'elle planifie la commande de 42 Boeing 787-9 Dreamliner et 58 en option[22]. Elle devrait recevoir ses premiers Boeing 787 début septembre 2012 et ce jusqu'en 2018. En décembre 2008, American Airlines annonce une nouvelle route aérienne entre Dallas et Madrid qui entrera en service le 1er mai 2009[23]. En février 2009, American Airlines et ses partenaires aériens, membres de l'alliance oneworld, célèbrent leur 10e anniversaire[24]. En avril 2009, American Airlines reçoit ses deux premiers (d'une commande de 76) nouveaux Boeing 737-800 qui remplaceront à long terme ses vieux MD-80[25]. Le 11 juin 2009, American Airlines effectue depuis l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle vers l'aéroport international de Miami, son premier vol vert avec un Boeing 767[26],[27]. Le 14 septembre 2009, American Airlines manifeste son intérêt pour un rachat d'une partie du capital de Japan Airlines qui souffre de la crise financière, son concurrent américain Delta Air Lines ainsi qu'Air France-KLM seraient aussi intéressés[28],[29]. Le 22 décembre 2009, le vol 331 d'American Airlines Miami - Kingston dérape et sort de piste à l'atterrissage en Jamaïque, les 148 passagers et 6 membres d'équipage survivent mais l'on dénombre 90 blessés[30].

Années 2010[modifier | modifier le code]

American Airlines 737-800 à YUL en 2013

Janvier 2010, après que Japan Airlines ait fait faillite, American Airlines continue de livrer bataille avec sa rivale américaine Delta Air Lines pour investir dans la compagnie japonaise pour ainsi garder Japan Airlines dans l'alliance Oneworld mais principalement pour qu'American Airlines puisse accroître sa part dans le lucratif marché asiatique[31]. Le 9 février 2010, American Airlines annonce que Japan Airlines a choisi de rester avec Oneworld et de renforcer son partenariat avec la compagnie aérienne américaine pour ainsi profiter de la libéralisation du trafic offerte par l’accord «ciel ouvert» récemment signé entre les États-Unis et le Japon[32],[33]. Le 31 mars 2010, American Airlines annonce qu'elle travaillera conjointement avec JetBlue Airways pour offrir une meilleure connexion de ses vols internationaux avec cette dernière pour le marché clé de la Côte Est américaine[34]. De plus, elle annonce qu'elle offrira 7 nouvelles destinations ainsi que 23 vols additionnels depuis et vers New York/JFK et New York/LGA[34], et investira 30 millions de dollars dans ses infrastructures aéroportuaires à New York/JFK et New York/LGA[34]. Le 7 mai 2010, American Airlines annonce qu'elle a reçu son accord du Département des Transports des États-Unis pour voler vers Tokyo-Haneda depuis New York/JFK à partir du 1er octobre 2010[35]. Le 25 mai 2010, American Airlines inaugure finalement son vol Chicago-Pékin après plusieurs mois de retard[36]. Le 21 juillet 2010, American Airlines annonce au Salon aéronautique de Farnborough, la commande de 35 Boeing 737-800 pour livraison en 2011 et 2012 pour ainsi renouveler sa flotte pour remplacer ses vieux MD80 [37]. Le 6 octobre 2010, American Airlines annonce deux nouvelles destinations pour avril/mai 2011, soit Budapest en Hongrie depuis New York/JFK et Helsinki en Finlande depuis Chicago O'Hare[38]. Le 19 octobre 2010, elle annonce une entente interligne avec WestJet[39]. Le 20 octobre 2010, American Airlines annonce qu'en avril 2011, elle rejoindra Shanghai depuis Los Angeles ainsi qu'un investissement de vingt millions de dollars sur ces installations à l'aéroport international de Los Angeles et une augmentation de certaines dessertes aux États-Unis conjointement avec American Eagle[40]. Le 4 novembre 2010, elle annonce un partage de code avec Air Berlin, son futur partenaire de l'alliance Oneworld[41]. Le 20 juillet 2011, American Airlines annonce une commande record de 460 avions, soit 260 Airbus A320 et 200 Boeing 737 pour ainsi renouveler sa flotte, ceux-ci commenceront à entrer en service en 2013[42],[43]. Le 29 novembre 2011, American Airlines et sa maison mère le holding AMR déposent leurs bilans et se placent sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites des États-Unis afin de réorganiser leurs activités[44]. Le 17 janvier 2013, American annonce sa nouvelle livrée qui sera pour la première fois portée par leur nouveau Boeing 777-300.

Le 14 février 2013, US Airways et AMR (la maison mère de American Airlines) ont décidé de fusionner leur activités après des tractations dans ce sens devenues publiques depuis plusieurs mois. Le groupe prendra comme nouveau nom celui de American Airlines, il devrait avoir une capitalisation d'environ 11 milliards de $, un chiffre d'affaires de 39 milliard de $ et une flotte de 1 500 appareils. La fusion réalisée en totalité en actions, devrait permettre aux actionnaires de American Airlines de détenir de 72% du nouveau groupe. Le siège de la nouvelle entité devrait être à Dallas-Forth Worth, au Texas, où était déjà le siège d'AMR[45],[46],[47]. En décembre 2013, la fusion est réalisée juridiquement[48].

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Destinations[modifier | modifier le code]

Destinations d'American Airlines en 2009
  •      États-Unis
  •      Destinations desservies

American Airlines dessert 157 destinations au Canada, aux États-Unis, au Mexique, dans les Caraïbes, en Amérique centrale, en Amérique du Sud, en Asie et en Europe[49].

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Bermudes et les Caraïbes[modifier | modifier le code]

Amérique centrale[modifier | modifier le code]

Amérique du Sud[modifier | modifier le code]

Asie[modifier | modifier le code]

 

Europe[modifier | modifier le code]

Flotte[modifier | modifier le code]

En février 2014, après le regoupement de US Airways et American Airlines, la grande compagnie possède plus de 950 avions.

Flotte d'American Airlines
AvionNb. d'avionsSiègesIntégré la flotte enRéseauxNotes
Airbus A319-100 108 128 2013 Amérique du Nord court/moyen-courrier  
Airbus A320-200 68 128 2013 Amérique du Nord court/moyen-courrier  
Airbus A321-200 99 102 2013 Amérique du Nord court/moyen-courrier Remplaceront les Boeing 767-200
Boeing 737-800 238 160 1999 Amérique du Nord court/moyen-courrier, Caraïbes, Mexique Habituellement depuis MIA, ORD, DFW, SJU et LAX Remplaceront les MD-82 et MD-83
Boeing 757-200 118 182/188 1989 États-Unis, Caraïbes, Amérique du Sud, Hawaï, Europe Habituellement depuis MIA et DFW -
Boeing 767-200 18 159 1986 MIA-JFK, LAX à SFO, JFK-LAX à SFO, EWR à LAX -
Boeing 767-300ER 58 225 1988 États-Unis, transatlantiques, Amérique du Sud, Hawaï -
Boeing 777-200ER 47 247 1999 Transatlantiques, transpacifiques, Amérique du Sud, Delhi, MIA-LAX, DFW-ORD, DFW-MIA Livraison de 5 Boeing 777-200ER entre 2013 et 2016[50]
Boeing 777-300ER 10 310 2013 Transatlantiques, transpacifiques, Amérique du Sud, Delhi, MIA-LAX, DFW-ORD, DFW-MIA Livraison de 13 Boeing 777-300ER entre décembre 2012 et 2013
Boeing 787-8 Boeing 787-9 0 (+12) 0 (+30) - 2013 Long-courrier Premier Boeing 787-9 attendu en 2014[50]
Embraer 190 20 128 2013 Amérique du Nord court-courrier  
MD-82* 107 136/140 1983 États-Unis, Canada, Mexique court/moyen-courrier Habituellement depuis ORD, STL et DFW American Airlines est le plus grand opérateur de MD-82 Les plus vieux seront remplacés par de nouveaux Boeing 737-800 de nouvelle génération
MD-83* 58 140 1987 États-Unis, Canada, Mexique court/moyen-courrier Habituellement depuis ORD, STL, DFW et BOS American Airlines est le plus grand opérateur de MD-83 Les plus vieux seront remplacés par de nouveaux Boeing 737-800 de nouvelle génération
Total 970      

* Tous les Boeing 767-200 disposent d'internet Gogo Inflight wifi sur les vols aux États-Unis continentaux, au Canada et au Mexique, quelques MD-80 l'ont et les Boeing 737 l'auront sous peu[51],[52],[53].

Flotte historique[modifier | modifier le code]

1930 1940 1950 1960 1970 1980 1990 2000
                                                                                                                                                               
Ford Trimotor 1930–1935 DC-3 1936–1949   BAC 1-11 1965–1972   MD-80 1979 - [Présent]
  Curtiss Condor 1934 - 1950   Lockheed L-188 Electra 1959–1970   Boeing 737 & BAe 146 1987–1992 Fokker F100 1992–2004  
  Fairchild 100 1931 - 1952   Convair CV-240 1948–1964 Boeing 727 1964–2002  
  Douglas DC-6 1947–1966   Airbus A300 1988–2009  
  Douglas DC-4 1946–1953 Douglas DC-7 1953–1959 Boeing 707 1959–1981   Boeing 757 1989 - [Présent]
  Convair 990 1962–1969   Boeing 737NG 1999 - [Présent]
  Boeing 377 Stratocruiser 1946–1950   Boeing 747-100 1970–1989 Boeing 747SP 1986–1994   Boeing 777 1999 - [Présent]
  DC-10 1971–2000  
  Boeing 767 1982 - [Présent]
  MD-11 1991–2001  

source : Flotte historique

Partenariats[modifier | modifier le code]

Outre ses partenaires Oneworld, American Eagle Airlines et American Connexion, American Airlines a des accords de partage de codes avec les compagnies aériennes et entreprises ferroviaires suivantes[54]:

Compagnies aériennes[modifier | modifier le code]

* membres de Oneworld

Entreprises ferroviaires[modifier | modifier le code]

AAdvantage[modifier | modifier le code]

AAdvantage.gif

Son programme de fidélisation AAdvantage permet aux membres d'accumuler des milles avec American Airlines et ses membres du réseau Oneworld et ses affiliés pour ainsi bénéficier de privilèges[55]. Il fut le premier programme de fidélité établit par une compagnie aérienne en 1981[19]. En 1988, il compte déjà 7 millions de membres, en 1999, 38 millions, en 2002, il dépasse les 46 millions[19]. En 2009, son programme de fidélité comptait plus de 62 millions de membres[56]. En mai 2009, American Airlines propose à ses membres de son programme de fidélité AAdvantage, d'acheter des aller simples avec ses points dans son nouveau service One-Way Flex Awards, elle est la première grande compagnie aérienne américaine à le permettre comme le font plusieurs compagnies aériennes européennes[57],[58]. En mai 2010, American Airlines propose à ses membres une façon de cumuler plus de milles AAdvantage avec l'option AAdvantage Mileage Multiplier[59],[60]. En novembre 2010, American Airlines propose à ses membres d'utiliser ses milles AAdvantage pour payer leur location de voitures ainsi que leurs hôtels[61]. En 2011, AAdvantage célèbre son 30ème anniversaire[62],[63].

Status AAdvantage
 AAdvantage Executive Platinum®AAdvantage Platinum®AAdvantage Gold®
Status Oneworld Emeraude Saphir Rubis
Conditions d'entrée 100 segments de vols qualifiants ou 100 000 milles ou 100 000 points 60 segments de vols qualifiants ou 50 000 milles ou 50 000 points 30 segments de vol qualifiants ou 25 000 milles ou 25 000 points

source : Status AAdvantage

  • En mai 2010, la compagnie de consultation IdeaWorks publie un sondage sur la disponibilité des sièges-primes effectuant 6 160 réservations sur 22 sites web de compagnies aériennes différentes entre février et mars 2010 sur des dates de voyages de juin à octobre 2010 sur des vols long-courriers de plus que 10 villes à moins de 2 500 milles de distance. Le programme de fidélisation AAdvantage arrive au 17e rang, soit une efficacité de 57,9 %[64].

American Airlines Vacations[modifier | modifier le code]

American Airlines Vacations est une filiale d'American Airlines, celle-ci est basée à Dallas/Fort Worth au Texas. Elle propose des vacances à ses clients dans les Caraïbes, au Canada, aux États-Unis, à Hawaï, au Mexique, en Amérique latine, en Europe et en Asie[65]. Elle permet à ses clients de payer ses voyages avec ses points AAdvantage[66].

Salons Admirals Club[modifier | modifier le code]

AA Admirals Club.Logo.GIF
Salon Admirals Club à New York

Les Salons Admirals Club[67] sont des salons exclusifs aux membres voyageant en première classe ou en classe affaires, d'American Airlines, profitant ainsi de privilèges comme l'assistance pour la réservation de vols, accès à des ordinateurs, internet, téléphones, fax, salles de conférences, boissons, fumoirs et douches. En 2010, le coût est de 350 USD à 500 USD[68] annuel pour être membre tout dépendant du programme de fidélité. L'accès pour les non membres est de 50 USD pour une journée[69].

Salon Admirals Club à Francfort

American Airlines est la première compagnie aérienne à avoir introduit les salons lounges dans les aéroports. Elle a ouvert son premier Admirals Club en 1939 à New York LGA[70],[71].

Emplacements

 

Salons Flagship Lounge[modifier | modifier le code]

Les Salons Flagship Lounge[72] sont des salons exclusifs aux membres voyageant uniquement en première classe internationalement et sur des vols domestiques nonstop transcontinental aux États-Unis.

Emplacements

Cabines[modifier | modifier le code]

American Airlines propose un service de trois classes sur ses vols internationaux et vols domestiques aux États-Unis.

Première classe[modifier | modifier le code]

Première classe dans un Boeing 777-200ER
Vin rouge en première classe

La première classe d'American Airlines, Flagship Suite propose à ses clients des sièges transformables en lit incliné de deux mètres, des espaces de travail avec prises de raccordement pour ordinateur portable et téléphones par satellite, des écouteurs Bose, des couettes douillettes en coton et des trousses de toilettes[73],[74],[75]. Certaines options peuvent différer selon les vols qu'ils soient domestiques aux États-Unis ou à l'international.

Classe affaires[modifier | modifier le code]

La classe affaires d'American Airlines, propose à ses clients des sièges inclinables à l’horizontale, des écrans tactiles, des prises de raccordement pour ordinateur portable, des écouteurs Bose, des couettes douillettes en coton et des trousses de toilettes[76],[77],[75]. Certaines options peuvent différer selon les vols qu'ils soient domestiques aux États-Unis ou à l'international. Elle est considérée comme « une classe affaires de qualité » selon le magazine britannique Business Traveller via son site francophone[78].

Classe économique[modifier | modifier le code]

La classe économique d'American Airlines, propose à ses clients des sièges confortables et des écrans projecteurs en cabine ou écrans individuels dépendant de la destination et du type d'avion, avec une sélection de films et émissions de télévision[79],[80].

Service à bord[modifier | modifier le code]

Restauration[modifier | modifier le code]

Plateau-repas en classe économique sur un vol international entre CDG-JFK

Sur les vols domestiques aux États-Unis et internationaux à destination du Canada, d'Amérique centrale et dans les Caraïbes, American Airlines offre un programme de repas légers payants comme des sandwichs, des chips et amandes/noix en classe économique[81]. American Airlines accepte uniquement les cartes de crédit depuis 2009 pour payer les différents achats à bord[82]. Des boissons non alcoolisées sont servis gratuitement et les bières, vins ou les spiritueux sont payants pour les clients voyagent en classe économique[83]. American Airlines offre gratuitement des repas sur ses vols à destinations de l'Asie, l'Amérique du Sud et l'Europe en classe économique[81].

Les clients voyageant en première classe et classe affaires sur ses vols domestiques aux États-Unis et internationaux, American Airlines propose des repas et vins gratuitement[81],[84],[85],[86]. Tous clients désireux de commander un repas spécial peuvent le faire 24h à l'avance[87].

En 2007, American Airlines a gagné le prix Cellars in the Sky Awards pour la meilleure cave à vin en classe affaires par le magazine britannique Business Traveller[88],[89].

Divertissement[modifier | modifier le code]

Écrans dans un Boeing 767-300ER en classe économique sur un vol domestique

American Airlines propose en première classe à ses clients un écran individuel avec programmes sur demande, une prise de raccordement pour ordinateur portable, une liseuse, un téléphone par satellite et des écouteurs individuel Bose[90]. Pour ses clients en classe affaires, American Airlines propose un écran tactile avec une sélection de films, documentaires, jeux et vidéos clips[90]. Pour la classe économique, American Airlines propose des écrans projecteurs en cabine avec une sélections de films[91].

Le magazine inflight d'American Airlines, American Way est gratuit et se trouve dans chaque avions de la compagnie aérienne. Les couvertures et les oreillers deviendront payants à compter du 1er mai 2010 au coût de huit dollars pour tous les vols en Amérique du Nord, en Amérique centrale et aux Caraïbes[92]. Les écouteurs sont vendus deux dollars sur les vols domestiques et distribués gratuitement sur les vols internationaux à destinations de l'Asie, l'Amérique du Sud et l'Europe[93].

Accès Wi-Fi[modifier | modifier le code]

Depuis juillet 2008, American Airlines propose à ses clients l'internet Wi-Fi via la compagnie Gogo Inflight à bord de tous ses Boeing 767-200, quelques MD-80 et prochainement ses Boeing 737-800 sur ses vols domestiques aux États-Unis continentaux, au Canada et au Mexique[51],[94].

Chiffres et données[modifier | modifier le code]

Données financières[modifier | modifier le code]

Données financières[1],[95],[96],[97],[98],[99]
Années200920082007200620052004
Chiffre d'affaires (en millions de $) 19,917 $ 23,766 $ 22,935 $ 22,563 $ 20,712 $ 18,645 $
Résultat net (en millions de $) 1,500 $ en diminution 2,100 $ en diminution 504 $ en augmentation 231 $ en augmentation 857 $ en diminution 751 $ en diminution
Passagers-milles payants (en millions) (RPM) 122,418 131,757 138,453 139,454 138,374 130,164
Sièges-milles offerts (en millions) (ASM) 151,774 163,532 169,906 174,021 176,112 174,015
Revenu passager par siège offert au mille (en cents) 12,28 ¢ 13,84 ¢ 12,75 ¢ 12,40 ¢ 12,01 ¢ 11,54 ¢
Revenu total par siège offert au mille (RASM) (en cents) 9,91 ¢ 11,15 ¢ 10,39 ¢ 9,94 ¢ 9,43 ¢ 8,63 ¢
Prix moyen par gallon de carburant (en dollars) 2,01 $ 3,02 $ 2,12 $ 2,00 $ 1,72 $ 1,21 $
Gallons de carburant consommés (en millions) 2,499 2,694 2,834 2,881 2,948 3,014
Coefficient de remplissage (PLF) 80,7 % 80,6 % 81,5 % 80,1 % 78,6 % 74,8 %
Passagers transportés (en millions) 85,7 92,7 98,1 98,1 98,0 -
Flotte 612 626 655 697 699 727
Employés 78,900 84,100 85,500 86,600 88,400 92,100
  • Avril 2010: AMR, maison mère d'American Airlines publie ses résultats, perte de 505 millions de dollars au premier trimeste, soit 1,52 dollar par action, un différenciel de 34,6 % par rapport à 2009[100].

Parts de marché et statistiques[modifier | modifier le code]

En 2007, American Airlines représentait 18 % du marché domestique américain des compagnies aériennes[101]. 35 % de son marché était à l'international et était représenté comme suit[101]:

Passagers d'American Airlines en Amérique latine

Pacifique

4,1 %

Europe

14,5 %

Amérique latine & Caraïbes

16,6 %

En 2007, American Airlines a transporté 98,1 millions de passagers[101]. 65 % de ses employés étaient syndiqué[101]. Une journée moyenne chez American Airlines était comme suit[101]:

  • 270 000 passagers transportés
  • plus de 239 000 réservations par téléphone
  • plus de 300 000 bagages manutentionné
  • près de 3 300 vols
  • 1,6 million de visite sur leur site internet www.aa.com

Principaux concurrents américains[modifier | modifier le code]

Au niveau des vols domestiques et/ou vols internationaux, voici les principaux concurrents d'American Airlines[95]:

Concurrents domestiques et à l'international

   

Concurrents domestiques (États-Unis) seulement

Fret[modifier | modifier le code]

American Airlines Cargo correspond à la division fret d'American Airlines[102]. En 2008, elle avait un chiffre d'affaires de 874 millions de dollars et a transporté 2,005 millions de tonnes de fret[95].

Marketing[modifier | modifier le code]

Livrée & logo

Livrée & logo
  • La flotte d'American Airlines a une couleur acier inoxydable sur son fuselage et sa livrée a des bandes rouges, blanches et bleues horizontales. C'est en 1967, que le logo d'American Airlines fut créé par le designer Massimo Vignelli[103],[104]. Le logo d'American Airlines est un aigle de couleur bleu avec deux lettres capitales AA rouges et bleues sur l'empennage.

Publicité

Publicité d'American Airlines pour promouvoir une destination, Shanghai

Slogan

  • Le présent slogan d'American Airlines est We Know Why You Fly®[107].

Site internet

  • En 1995, elle lance son premier site internet et ce n'est qu'en 1998 qu'elle simplifie et raccourcit l'adresse de son site en www.aa.com[19]. En 1999, son site reçoit plus de 5 millions de visites mensuelles[19]. En 2000, son site internet remporte le prix "Web Business 50/50" par le magazine américain CIO Magazine[5]. En 2003, elle lance plusieurs versions de son site officiel en Europe dont en France, www.americanairlines.fr en français[19]. En 2004, elle reçoit 950 000 visites quotidiennement[19]. En novembre 2010, selon Alexa Internet son site est classé 1 299e au niveau mondial et 334e aux États-Unis[108]. Le 14 novembre 2010, American Airlines dévoile une nouvelle mise en page de son site www.aa.com[109].

Médias sociaux

iPhone

  • American Airlines lance le 26 juillet 2010, sa première application iPhone[115].

Commanditaires

Placement de produit

  • Dans le film Up in the Air[118], American Airlines est la compagnie aérienne préférée du personnage principal, Ryan Bingham interprété par George Clooney[119]. La compagnie aérienne, n'a rien dépensé pour mettre en avant plan plusieurs images et séquences corporatives dans ce film. American Airlines bénéficie d'un placement de produit[120].

Initiatives environnementales[modifier | modifier le code]

American Airlines est la première compagnie aérienne américaine à s'être jointe à l'agence de protection de l'environnement des États-Unis (EPA) et de plus s'être engagée à réduire ses gaz à effet de serre de 30 % d'ici 2025[121]. De plus, elle a commencé à remplacer sa flotte de MD-80 par de nouveaux Boeing 737-800[121]. En 2008, elle a émis 29 millions de tonnes métriques de CO2, soit une baisse de 5 % par rapport à 2007[121],[122].

Implications sociales[modifier | modifier le code]

American Airlines est impliquée dans plusieurs causes sociales[122]. Depuis 1983, elle supporte l'organisme Susan G. Komen for the Cure®[123] qui fait la prévention du cancer du sein, 8 avions de sa flotte ont une livrée spéciale arborant un ruban rose en support à la cause[124],[125]. Elle est partenaire de l'Unicef depuis 1994[126]. En 2008, pour honorer les vétérans lors du Veterans Day aux États-Unis, elle dévoile une livrée sur un Boeing 757 arborant un ruban jaune en support aux vétérans et aux soldats impliqués en Irak et en Afghanistan[127],[128]. En janvier 2010, elle se joint à la Croix-Rouge américaine pour venir en aide lors du tremblement de terre en Haïti[129].

Faiblesses[modifier | modifier le code]

  • L'âge avancée de la flotte d'American Airlines est une faiblesse et un désavantage contre ses compétiteurs aériens américains, en février 2010, sa flotte était âgée de 14,7 ans[130].
  • Pour l'année entière 2009, de janvier à décembre, American Airlines était la 16e compagnie aérienne américaine pour ce qui est des retards avec 77,2 % de ses vols[131]. Elle était classée comme la dernière des grosses compagnies américaines[131].
  • Pour l'année entière 2009, de janvier à décembre, American Airlines a reçu 913 plaintes sur 85,7 millions de passagers transportés, ce qui la classée au 15e rang des compagnies aériennes américaines pour le nombre de plaintes[131]. Les plaintes les plus courantes étaient 230 pour des bagages perdus/endommagés, 211 pour des problèmes d'avions, 127 pour des problèmes de service à la clientèle et 119 pour des problèmes au niveau de l'enregistrement/ticketing[131].
  • Selon le site web Air Safe qui calcule depuis 1970 les accidents aériens publie qu'American Airlines a un taux de mortalité de 0,4 pour un million de vols effectués, évalué sur 25,08 millions de vols[132].

Incidents et accidents[modifier | modifier le code]

Années 1940[modifier | modifier le code]

Années 1950[modifier | modifier le code]

Années 1960[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]

  • Vol AA132 ; 3 février 1988 : entre Dallas et Nashville, MD-83, 0 morts, tous survivants

Années 1990[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

  • Vol AA1740 ; 20 juin 2006 : entre Los Angeles et Chicago, MD-80, 0 morts

Années 2010[modifier | modifier le code]

Organisation corporative[modifier | modifier le code]

CEO et PDG:[133],[5]

Le siège social d'American Airlines et d'AMR Corporation à Fort Worth

Siège social[modifier | modifier le code]

Le siège social d'American Airlines est situé à Fort Worth au Texas, adjacent à l'aéroport international de Dallas-Fort Worth[133]. Anciennement situé à New York, elle déménage en 1979, son siège social à Fort Worth[5]. Annoncé en 1978, le maire de New York de l'époque, Ed Koch, qualifia la compagnie aérienne de «traître» envers la ville de New York, car son déménagement amènera avec elle 1 300 emplois[134]. Les nouveaux locaux d'American Airlines comprennent des bâtiments pour à la formation du PNC, des salles de l'entraînement des pilotes, ainsi qu'un centre de réservations pour le Sud des États-Unis[5].

Prix[modifier | modifier le code]

American Airlines a été élue meilleure compagnie aérienne nord-américaine à la cérémonie des World Travel Awards en 2010[135]. En 2008, elle a été élue meilleure compagnie aérienne nord-américaine par le magazine britannique Business Traveller[136],[137]. Elle est classée 3 étoiles Skytrax[138].

Galerie[modifier | modifier le code]

Posté par tramman à 13:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

American Airlines

American Airlines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

American Airlines

Logo de cette compagnie
AITAOACIIndicatif d'appel
AA AAb callsign = AMERICAN
Repères historiques
Date de création 1930 (sous American Airways)
Généralités
Basée à Aéroport international de Dallas-Fort Worth Aéroport international de Los Angeles Aéroport international John-F.-Kennedy Aéroport international de Miami Aéroport international O'Hare
Autres bases Aéroport de LaGuardia Aéroport international Logan Aéroport international Luis-Muñoz-Marín
Programme de fidélité AAdvantage
Alliance Oneworld
Taille de la flotte 629 (American Airlines) + 242 (American Eagle)
Nombre de destinations 157 (2009)
Siège social Fort Worth (Texas) Drapeau des États-Unis États-Unis
Société mère AMR Corporation
Effectif 78 900 [1] (2009)
Dirigeants Thomas W. Horton
Site web www.aa.com
Données financières
Chiffre d'affaires 19,9 milliards $ [1] (2009)
Résultat net en diminution 1,5 milliard $ [1] (2009)

American Airlines (code AITA : AA ; code OACI : AAL) est une compagnie aérienne américaine. Elle opère des vols intérieurs et internationaux sur quatre continents, depuis ses nombreux hubs à Dallas-Fort Worth (DFW), Los Angeles (LAX), New York/JFK (JFK), Miami (MIA) et Chicago O'Hare (ORD). En 2010, c'est la 3e plus grande compagnie aérienne au monde (derrière Delta Air Lines et United Airlines). Elle dessert avec ses partenaires American Eagle Airlines et American Connexion plus de 250 villes dans 40 pays et territoires avec plus de 3 400 vols quotidiens[2]. Elle est contrôlée par AMR Corporation et son siège social se trouve à Fort Worth, au Texas. En 2010, elle est au 120e rang du Fortune 500[3]. American Airlines est membre fondateur de Oneworld. Fin novembre 2011, elle se place sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites des États-Unis afin de réorganiser son activité. Celle-ci va fusionner avec la compagnie US Airways et va devenir la compagnie numéro une mondiale.

 

 

Historique[modifier | modifier le code]

Années 1930[modifier | modifier le code]

Au matin du 15 avril 1926, un jeune aviateur, Charles Lindbergh, s'envole à bord d'un DH-4 effectuant une livraison postale pour le compte de la Robertson Aircraft Corporation of Missouri de Chicago à Saint-Louis[4],[5]. Ce vol est considéré comme le tout premier vol régulier de ce qui allait devenir plus tard American Airlines. En fait il n'avait rien de « régulier » puisque c'était une expérience, mais il est mis en avant comme un précédent historique par la publicité de la compagnie. À l'origine, soit en 1930, American Airlines s'appelait American Airways[5]. Cette dernière était le résultat de la fusion de la Aviation Corporation, de ses filiales et de la Robertson Aircraft Corporation of Missouri. En 1934, l'entreprise éprouvait de grandes difficultés économiques et, rachetée par Errett Lobban Cord, prit son nom actuel American Airlines[5]. La même année, le 13 mai, Cyrus Rowlett Smith est nommé PDG de la compagnie aérienne, poste qu'il occupera jusqu'en 1968, mis à part pendant la Seconde Guerre mondiale[5]. Le 25 juin 1936, American Airlines est la première compagnie aérienne à introduire le Douglas DC-3[5]. Le 16 février 1937, elle reçoit son millionième passager[5]. Le 10 juin 1939, American Airlines entre à la bourse de New York (NYSX)[5].

Années 1940[modifier | modifier le code]

Durant la Seconde Guerre mondiale, la moitié de la flotte de Douglas DC-3 d'American Airlines est affrétée par la U.S. Army[4]. En 1941, American Airlines inaugure son vol New York-Toronto[4]. En 1942, American Airlines développe un service de restauration appelé Sky Chefs pour ses passagers ainsi que les autres compagnies aériennes[5]. En septembre de la même année, American Airlines inaugure ses vols El Paso-Monterrey et Dallas-Mexico[4]. En 1944, American Airlines met en place le premier service aérien régulier intérieur aux États-Unis de transport de marchandises avec le Douglas DC-3, pour continuer par la suite durant les années 1950 avec des Douglas DC-6A et Douglas DC-7[5]. Entre 1945 et 1950, American Airlines opère American Overseas Airlines (AOA), une division transatlantique qui dessert de nombreux pays européens[5]. En 1946, American Airlines établit sa base d'entretien d'aéronefs à Tulsa en Oklahoma[5]. En 1947, American Airlines met en service son premier Douglas DC-6, suivi du Convair 240 en 1948[5].

Années 1950[modifier | modifier le code]

En 1953, American Airlines introduit dans sa flotte le Douglas DC-7 et peut ainsi desservir la totalité des États-Unis continentaux en vols non-stop dans les deux directions[5]. En 1957, elle inaugure un centre de formation pour son PNC, l'American Airlines Stewardess College à Dallas/Forth Worth[5]. En janvier 1959, American Airlines introduit dans sa flotte le Lockheed L-188 Electra[5]. Le 25 janvier 1959, elle est la première compagnie aérienne américaine à offrir des vols de la Côte Est à la Côte Ouest des États-Unis avec le Boeing 707[5], raccourcissant la durée de 8 à 5 heures de vol[6]. L'aller simple coûtait à l'époque 115,50 $ avec un supplément de 10 $ pour des frais de service ou encore l'aller-retour à 231 $, soit 25 % moins cher que les avions à pistons de cette époque[7].

Années 1960[modifier | modifier le code]

Boeing 707 Astrojet spécialement affrété par la U.S. Army en 1966

En 1960, American Airlines et IBM conçoivent le système de réservation SABRE[5],[4]. En 1962, elle introduit dans sa flotte le Convair 990 et en 1964 le Boeing 727[5]. En décembre 1966, elle retire de sa flotte le Douglas DC-6[5]. En 1968, elle est la première compagnie aérienne à commander le McDonnell Douglas DC-10[5].

Années 1970[modifier | modifier le code]

En 1970, American Airlines rachète la Trans Caribbean Airways étant établie à Porto Rico, elle acquerra ainsi dans les années 1970 plusieurs routes aériennes dans les Caraïbes[5]. En mars 1970, American Airlines introduit dans sa flotte son premier Boeing 747[8],[9]. Elle en acheta 16 au total[4]. Elle utilisera aussi des Boeing 747 pour le cargo pendant quelques années[8],[10]. Le 5 août 1971, American Airlines effectue le premier vol commercial avec le McDonnell Douglas DC-10[5]. Le 12 juin 1972, le vol 96 reliant Los Angeles à New York LGA via Détroit et Buffalo subit une décompression explosive d'une porte de soute cargo, l'avion se posa à Détroit ne faisant aucun mort. En 1973, Bonnie Tiburzi devient la première femme pilote à bord d'un Boeing 727 d'American Airlines[11]. En 1974, la NASA acquit un des Boeing 747-123 d'American Airlines immatriculé (N905NA) pour s'en servir comme Shuttle Carrier Aircraft(avion de transport de navette)[12],[13]. En février 1974, Albert V. Casey est nommé PDG et CEO[5]. En 1977, elle commence à desservir Montréal, Montego Bay, Kingston, Pointe-à-Pitre et Fort-de-France[4]. En 1979, le siège social déménage de New York à Fort Worth[5]. Le 20 janvier 1979, American Airlines inaugure huit nouvelles destinations, Albuquerque, La Nouvelle-Orléans, Las Vegas, Miami, Minneapolis/St-Paul, Reno, Tampa/St. Petersburg et St-Martin[4]. Le 25 mai 1979, la compagnie connait sa plus grosse catastrophe avec le crash du vol 191 à Chicago O'Hare.

Années 1980[modifier | modifier le code]

En 1980, Robert L. Crandall devient PDG et CEO[5]. En 1981, American Airlines introduit AAdvantage, le tout premier programme de fidélisation[5]. La même année, le 11 juin, American Airlines établit son hub à Dallas-Fort Worth[5]. Plus tard, elle ajoutera de nouvelles villes ainsi que de nouvelles routes aériennes pour renforcer son réseau. En août 1981, elle ne possède plus dans sa flotte de Boeing 707 et Boeing 707F les ayant tous mis à la retraite[5]. En 1982, elle introduit dans sa flotte le Boeing 767 et établit son hub à Chicago O'Hare[5]. En mai 1982, les actionnaires approvent une réorganisation d'American Airlines et la création d'un holding, AMR Corporation, devient ainsi la maison mère de la compagnie aérienne[5]. Toujours en mai 1982, American Airlines inaugure sa liaison Dallas/Forth-Worth-Londres-Gatwick[5]. En 1983, elle introduit dans sa flotte le McDonnell Douglas MD-80[5],[14]. En 1984, American Airlines introduit American Eagle Airlines, un réseau de compagnies aériennes régionales, desservant les plus petites villes aux plus grosses[5]. En 1985, 10 000 agences de voyages utilisent le système SABRE pour leurs réservations[5]. En 1986, elle emploie déjà plus de 50 000 personnes, elle vend sa filiale Sky Chefs et fait l'acquisition d'Air California[5]. Toujours la même année, elle inaugure ses vols vers Genève, Tokyo et Zurich[4]. En 1989, American Airlines introduit dans sa flotte le Boeing 757[15]. Le 13 septembre 1989, American Airlines inaugure son 7ème hub à Miami[5].

Années 1990[modifier | modifier le code]

En 1991, American Airlines reçoit son milliardième passager[5]. La même année, elle introduit dans sa flotte le McDonnell Douglas MD-11[16]. En 1992, elle instaure un nouveau service de classe premium, pour sa première classe et classe affaires American Flagship Service à destination de l'Asie, l'Amérique latine et l'Europe[5],[17], de plus elle inaugure ses vols vers Paris et Berlin[5]. Le 3 juillet 1993, elle inaugure à Fort Worth, son propre musée, le American Airlines C.R. Smith Museum[5],[18]. En 1995, American Airlines lance son premier site internet[19]. Le 20 décembre 1995, le vol 965 reliant Miami à Cali s'écrase contre une montagne à son approche sur Cali, faisant 159 morts et 4 survivants. Le 21 septembre 1998, American Airlines et quatre autres compagnies aériennes annoncent la création d'une future alliance appelée Oneworld qui entrera en fonction 1er février 1999. En 1999, American Airlines introduit le Boeing 777 et le Boeing 737-800 à sa flotte[5].

Années 2000[modifier | modifier le code]

MD-80 en 2006.
American Airlines à DFW en 2009.

En avril 2001, la Trans World Airlines est rachetée par American Airlines[5]. Le 11 septembre 2001, deux avions (le vol 77 et le vol 11) de la compagnie furent détournés par des terroristes. Le vol 11 s'écrasa sur la tour nord du World Trade Center et le vol 77 sur le Pentagone. Le 12 novembre 2001, le vol 587 reliant New York à Saint-Domingue s'écrase au décollage faisant 265 morts. Le 23 décembre 2001, Richard Reid se fait arrêter en essayant de faire exploser le vol 63 entre Paris et Miami. En avril 2002, American Airlines inaugure une nouvelle route aérienne entre New York et Tokyo[5], faisant ainsi sa quatrième entrée au Japon. Le 14 janvier 2004, American Airlines célèbre le 30e anniversaire du premier vol commercial à l'aéroport international de Dallas-Fort Worth. En mai 2004, Gerard Arpey devient l'actuel PDG d'AMR Corporation et d'American Airlines. En 2005, American Airlines inaugure sa plus longue route aérienne entre Chicago et Delhi[5]. Le 2 avril 2006, American Airlines inaugure son premier vol vers la Chine avec un Boeing 777 en lançant son vol quotidien Chicago - Shanghai[5]. En 2007, American Airlines emménage au nouveau Terminal 8 de l'aéroport international John-F.-Kennedy, après des travaux d'un coût de 1,3 milliard de dollars[20]. En 2008, American Airlines devient le premier transporteur américain à proposer une connexion haut débit WiFi sur ses vols intérieurs[21]. Le 15 octobre 2008, elle annonce qu'elle planifie la commande de 42 Boeing 787-9 Dreamliner et 58 en option[22]. Elle devrait recevoir ses premiers Boeing 787 début septembre 2012 et ce jusqu'en 2018. En décembre 2008, American Airlines annonce une nouvelle route aérienne entre Dallas et Madrid qui entrera en service le 1er mai 2009[23]. En février 2009, American Airlines et ses partenaires aériens, membres de l'alliance oneworld, célèbrent leur 10e anniversaire[24]. En avril 2009, American Airlines reçoit ses deux premiers (d'une commande de 76) nouveaux Boeing 737-800 qui remplaceront à long terme ses vieux MD-80[25]. Le 11 juin 2009, American Airlines effectue depuis l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle vers l'aéroport international de Miami, son premier vol vert avec un Boeing 767[26],[27]. Le 14 septembre 2009, American Airlines manifeste son intérêt pour un rachat d'une partie du capital de Japan Airlines qui souffre de la crise financière, son concurrent américain Delta Air Lines ainsi qu'Air France-KLM seraient aussi intéressés[28],[29]. Le 22 décembre 2009, le vol 331 d'American Airlines Miami - Kingston dérape et sort de piste à l'atterrissage en Jamaïque, les 148 passagers et 6 membres d'équipage survivent mais l'on dénombre 90 blessés[30].

Années 2010[modifier | modifier le code]

American Airlines 737-800 à YUL en 2013

Janvier 2010, après que Japan Airlines ait fait faillite, American Airlines continue de livrer bataille avec sa rivale américaine Delta Air Lines pour investir dans la compagnie japonaise pour ainsi garder Japan Airlines dans l'alliance Oneworld mais principalement pour qu'American Airlines puisse accroître sa part dans le lucratif marché asiatique[31]. Le 9 février 2010, American Airlines annonce que Japan Airlines a choisi de rester avec Oneworld et de renforcer son partenariat avec la compagnie aérienne américaine pour ainsi profiter de la libéralisation du trafic offerte par l’accord «ciel ouvert» récemment signé entre les États-Unis et le Japon[32],[33]. Le 31 mars 2010, American Airlines annonce qu'elle travaillera conjointement avec JetBlue Airways pour offrir une meilleure connexion de ses vols internationaux avec cette dernière pour le marché clé de la Côte Est américaine[34]. De plus, elle annonce qu'elle offrira 7 nouvelles destinations ainsi que 23 vols additionnels depuis et vers New York/JFK et New York/LGA[34], et investira 30 millions de dollars dans ses infrastructures aéroportuaires à New York/JFK et New York/LGA[34]. Le 7 mai 2010, American Airlines annonce qu'elle a reçu son accord du Département des Transports des États-Unis pour voler vers Tokyo-Haneda depuis New York/JFK à partir du 1er octobre 2010[35]. Le 25 mai 2010, American Airlines inaugure finalement son vol Chicago-Pékin après plusieurs mois de retard[36]. Le 21 juillet 2010, American Airlines annonce au Salon aéronautique de Farnborough, la commande de 35 Boeing 737-800 pour livraison en 2011 et 2012 pour ainsi renouveler sa flotte pour remplacer ses vieux MD80 [37]. Le 6 octobre 2010, American Airlines annonce deux nouvelles destinations pour avril/mai 2011, soit Budapest en Hongrie depuis New York/JFK et Helsinki en Finlande depuis Chicago O'Hare[38]. Le 19 octobre 2010, elle annonce une entente interligne avec WestJet[39]. Le 20 octobre 2010, American Airlines annonce qu'en avril 2011, elle rejoindra Shanghai depuis Los Angeles ainsi qu'un investissement de vingt millions de dollars sur ces installations à l'aéroport international de Los Angeles et une augmentation de certaines dessertes aux États-Unis conjointement avec American Eagle[40]. Le 4 novembre 2010, elle annonce un partage de code avec Air Berlin, son futur partenaire de l'alliance Oneworld[41]. Le 20 juillet 2011, American Airlines annonce une commande record de 460 avions, soit 260 Airbus A320 et 200 Boeing 737 pour ainsi renouveler sa flotte, ceux-ci commenceront à entrer en service en 2013[42],[43]. Le 29 novembre 2011, American Airlines et sa maison mère le holding AMR déposent leurs bilans et se placent sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites des États-Unis afin de réorganiser leurs activités[44]. Le 17 janvier 2013, American annonce sa nouvelle livrée qui sera pour la première fois portée par leur nouveau Boeing 777-300.

Le 14 février 2013, US Airways et AMR (la maison mère de American Airlines) ont décidé de fusionner leur activités après des tractations dans ce sens devenues publiques depuis plusieurs mois. Le groupe prendra comme nouveau nom celui de American Airlines, il devrait avoir une capitalisation d'environ 11 milliards de $, un chiffre d'affaires de 39 milliard de $ et une flotte de 1 500 appareils. La fusion réalisée en totalité en actions, devrait permettre aux actionnaires de American Airlines de détenir de 72% du nouveau groupe. Le siège de la nouvelle entité devrait être à Dallas-Forth Worth, au Texas, où était déjà le siège d'AMR[45],[46],[47]. En décembre 2013, la fusion est réalisée juridiquement[48].

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Destinations[modifier | modifier le code]

Destinations d'American Airlines en 2009
  •      États-Unis
  •      Destinations desservies

American Airlines dessert 157 destinations au Canada, aux États-Unis, au Mexique, dans les Caraïbes, en Amérique centrale, en Amérique du Sud, en Asie et en Europe[49].

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Bermudes et les Caraïbes[modifier | modifier le code]

Amérique centrale[modifier | modifier le code]

Amérique du Sud[modifier | modifier le code]

Asie[modifier | modifier le code]

 

Europe[modifier | modifier le code]

Flotte[modifier | modifier le code]

En février 2014, après le regoupement de US Airways et American Airlines, la grande compagnie possède plus de 950 avions.

Flotte d'American Airlines
AvionNb. d'avionsSiègesIntégré la flotte enRéseauxNotes
Airbus A319-100 108 128 2013 Amérique du Nord court/moyen-courrier  
Airbus A320-200 68 128 2013 Amérique du Nord court/moyen-courrier  
Airbus A321-200 99 102 2013 Amérique du Nord court/moyen-courrier Remplaceront les Boeing 767-200
Boeing 737-800 238 160 1999 Amérique du Nord court/moyen-courrier, Caraïbes, Mexique Habituellement depuis MIA, ORD, DFW, SJU et LAX Remplaceront les MD-82 et MD-83
Boeing 757-200 118 182/188 1989 États-Unis, Caraïbes, Amérique du Sud, Hawaï, Europe Habituellement depuis MIA et DFW -
Boeing 767-200 18 159 1986 MIA-JFK, LAX à SFO, JFK-LAX à SFO, EWR à LAX -
Boeing 767-300ER 58 225 1988 États-Unis, transatlantiques, Amérique du Sud, Hawaï -
Boeing 777-200ER 47 247 1999 Transatlantiques, transpacifiques, Amérique du Sud, Delhi, MIA-LAX, DFW-ORD, DFW-MIA Livraison de 5 Boeing 777-200ER entre 2013 et 2016[50]
Boeing 777-300ER 10 310 2013 Transatlantiques, transpacifiques, Amérique du Sud, Delhi, MIA-LAX, DFW-ORD, DFW-MIA Livraison de 13 Boeing 777-300ER entre décembre 2012 et 2013
Boeing 787-8 Boeing 787-9 0 (+12) 0 (+30) - 2013 Long-courrier Premier Boeing 787-9 attendu en 2014[50]
Embraer 190 20 128 2013 Amérique du Nord court-courrier  
MD-82* 107 136/140 1983 États-Unis, Canada, Mexique court/moyen-courrier Habituellement depuis ORD, STL et DFW American Airlines est le plus grand opérateur de MD-82 Les plus vieux seront remplacés par de nouveaux Boeing 737-800 de nouvelle génération
MD-83* 58 140 1987 États-Unis, Canada, Mexique court/moyen-courrier Habituellement depuis ORD, STL, DFW et BOS American Airlines est le plus grand opérateur de MD-83 Les plus vieux seront remplacés par de nouveaux Boeing 737-800 de nouvelle génération
Total 970      

* Tous les Boeing 767-200 disposent d'internet Gogo Inflight wifi sur les vols aux États-Unis continentaux, au Canada et au Mexique, quelques MD-80 l'ont et les Boeing 737 l'auront sous peu[51],[52],[53].

Flotte historique[modifier | modifier le code]

1930 1940 1950 1960 1970 1980 1990 2000
                                                                                                                                                               
Ford Trimotor 1930–1935 DC-3 1936–1949   BAC 1-11 1965–1972   MD-80 1979 - [Présent]
  Curtiss Condor 1934 - 1950   Lockheed L-188 Electra 1959–1970   Boeing 737 & BAe 146 1987–1992 Fokker F100 1992–2004  
  Fairchild 100 1931 - 1952   Convair CV-240 1948–1964 Boeing 727 1964–2002  
  Douglas DC-6 1947–1966   Airbus A300 1988–2009  
  Douglas DC-4 1946–1953 Douglas DC-7 1953–1959 Boeing 707 1959–1981   Boeing 757 1989 - [Présent]
  Convair 990 1962–1969   Boeing 737NG 1999 - [Présent]
  Boeing 377 Stratocruiser 1946–1950   Boeing 747-100 1970–1989 Boeing 747SP 1986–1994   Boeing 777 1999 - [Présent]
  DC-10 1971–2000  
  Boeing 767 1982 - [Présent]
  MD-11 1991–2001  

source : Flotte historique

Partenariats[modifier | modifier le code]

Outre ses partenaires Oneworld, American Eagle Airlines et American Connexion, American Airlines a des accords de partage de codes avec les compagnies aériennes et entreprises ferroviaires suivantes[54]:

Compagnies aériennes[modifier | modifier le code]

* membres de Oneworld

Entreprises ferroviaires[modifier | modifier le code]

AAdvantage[modifier | modifier le code]

AAdvantage.gif

Son programme de fidélisation AAdvantage permet aux membres d'accumuler des milles avec American Airlines et ses membres du réseau Oneworld et ses affiliés pour ainsi bénéficier de privilèges[55]. Il fut le premier programme de fidélité établit par une compagnie aérienne en 1981[19]. En 1988, il compte déjà 7 millions de membres, en 1999, 38 millions, en 2002, il dépasse les 46 millions[19]. En 2009, son programme de fidélité comptait plus de 62 millions de membres[56]. En mai 2009, American Airlines propose à ses membres de son programme de fidélité AAdvantage, d'acheter des aller simples avec ses points dans son nouveau service One-Way Flex Awards, elle est la première grande compagnie aérienne américaine à le permettre comme le font plusieurs compagnies aériennes européennes[57],[58]. En mai 2010, American Airlines propose à ses membres une façon de cumuler plus de milles AAdvantage avec l'option AAdvantage Mileage Multiplier[59],[60]. En novembre 2010, American Airlines propose à ses membres d'utiliser ses milles AAdvantage pour payer leur location de voitures ainsi que leurs hôtels[61]. En 2011, AAdvantage célèbre son 30ème anniversaire[62],[63].

Status AAdvantage
 AAdvantage Executive Platinum®AAdvantage Platinum®AAdvantage Gold®
Status Oneworld Emeraude Saphir Rubis
Conditions d'entrée 100 segments de vols qualifiants ou 100 000 milles ou 100 000 points 60 segments de vols qualifiants ou 50 000 milles ou 50 000 points 30 segments de vol qualifiants ou 25 000 milles ou 25 000 points

source : Status AAdvantage

  • En mai 2010, la compagnie de consultation IdeaWorks publie un sondage sur la disponibilité des sièges-primes effectuant 6 160 réservations sur 22 sites web de compagnies aériennes différentes entre février et mars 2010 sur des dates de voyages de juin à octobre 2010 sur des vols long-courriers de plus que 10 villes à moins de 2 500 milles de distance. Le programme de fidélisation AAdvantage arrive au 17e rang, soit une efficacité de 57,9 %[64].

American Airlines Vacations[modifier | modifier le code]

American Airlines Vacations est une filiale d'American Airlines, celle-ci est basée à Dallas/Fort Worth au Texas. Elle propose des vacances à ses clients dans les Caraïbes, au Canada, aux États-Unis, à Hawaï, au Mexique, en Amérique latine, en Europe et en Asie[65]. Elle permet à ses clients de payer ses voyages avec ses points AAdvantage[66].

Salons Admirals Club[modifier | modifier le code]

AA Admirals Club.Logo.GIF
Salon Admirals Club à New York

Les Salons Admirals Club[67] sont des salons exclusifs aux membres voyageant en première classe ou en classe affaires, d'American Airlines, profitant ainsi de privilèges comme l'assistance pour la réservation de vols, accès à des ordinateurs, internet, téléphones, fax, salles de conférences, boissons, fumoirs et douches. En 2010, le coût est de 350 USD à 500 USD[68] annuel pour être membre tout dépendant du programme de fidélité. L'accès pour les non membres est de 50 USD pour une journée[69].

Salon Admirals Club à Francfort

American Airlines est la première compagnie aérienne à avoir introduit les salons lounges dans les aéroports. Elle a ouvert son premier Admirals Club en 1939 à New York LGA[70],[71].

Emplacements

 

Salons Flagship Lounge[modifier | modifier le code]

Les Salons Flagship Lounge[72] sont des salons exclusifs aux membres voyageant uniquement en première classe internationalement et sur des vols domestiques nonstop transcontinental aux États-Unis.

Emplacements

Cabines[modifier | modifier le code]

American Airlines propose un service de trois classes sur ses vols internationaux et vols domestiques aux États-Unis.

Première classe[modifier | modifier le code]

Première classe dans un Boeing 777-200ER
Vin rouge en première classe

La première classe d'American Airlines, Flagship Suite propose à ses clients des sièges transformables en lit incliné de deux mètres, des espaces de travail avec prises de raccordement pour ordinateur portable et téléphones par satellite, des écouteurs Bose, des couettes douillettes en coton et des trousses de toilettes[73],[74],[75]. Certaines options peuvent différer selon les vols qu'ils soient domestiques aux États-Unis ou à l'international.

Classe affaires[modifier | modifier le code]

La classe affaires d'American Airlines, propose à ses clients des sièges inclinables à l’horizontale, des écrans tactiles, des prises de raccordement pour ordinateur portable, des écouteurs Bose, des couettes douillettes en coton et des trousses de toilettes[76],[77],[75]. Certaines options peuvent différer selon les vols qu'ils soient domestiques aux États-Unis ou à l'international. Elle est considérée comme « une classe affaires de qualité » selon le magazine britannique Business Traveller via son site francophone[78].

Classe économique[modifier | modifier le code]

La classe économique d'American Airlines, propose à ses clients des sièges confortables et des écrans projecteurs en cabine ou écrans individuels dépendant de la destination et du type d'avion, avec une sélection de films et émissions de télévision[79],[80].

Service à bord[modifier | modifier le code]

Restauration[modifier | modifier le code]

Plateau-repas en classe économique sur un vol international entre CDG-JFK

Sur les vols domestiques aux États-Unis et internationaux à destination du Canada, d'Amérique centrale et dans les Caraïbes, American Airlines offre un programme de repas légers payants comme des sandwichs, des chips et amandes/noix en classe économique[81]. American Airlines accepte uniquement les cartes de crédit depuis 2009 pour payer les différents achats à bord[82]. Des boissons non alcoolisées sont servis gratuitement et les bières, vins ou les spiritueux sont payants pour les clients voyagent en classe économique[83]. American Airlines offre gratuitement des repas sur ses vols à destinations de l'Asie, l'Amérique du Sud et l'Europe en classe économique[81].

Les clients voyageant en première classe et classe affaires sur ses vols domestiques aux États-Unis et internationaux, American Airlines propose des repas et vins gratuitement[81],[84],[85],[86]. Tous clients désireux de commander un repas spécial peuvent le faire 24h à l'avance[87].

En 2007, American Airlines a gagné le prix Cellars in the Sky Awards pour la meilleure cave à vin en classe affaires par le magazine britannique Business Traveller[88],[89].

Divertissement[modifier | modifier le code]

Écrans dans un Boeing 767-300ER en classe économique sur un vol domestique

American Airlines propose en première classe à ses clients un écran individuel avec programmes sur demande, une prise de raccordement pour ordinateur portable, une liseuse, un téléphone par satellite et des écouteurs individuel Bose[90]. Pour ses clients en classe affaires, American Airlines propose un écran tactile avec une sélection de films, documentaires, jeux et vidéos clips[90]. Pour la classe économique, American Airlines propose des écrans projecteurs en cabine avec une sélections de films[91].

Le magazine inflight d'American Airlines, American Way est gratuit et se trouve dans chaque avions de la compagnie aérienne. Les couvertures et les oreillers deviendront payants à compter du 1er mai 2010 au coût de huit dollars pour tous les vols en Amérique du Nord, en Amérique centrale et aux Caraïbes[92]. Les écouteurs sont vendus deux dollars sur les vols domestiques et distribués gratuitement sur les vols internationaux à destinations de l'Asie, l'Amérique du Sud et l'Europe[93].

Accès Wi-Fi[modifier | modifier le code]

Depuis juillet 2008, American Airlines propose à ses clients l'internet Wi-Fi via la compagnie Gogo Inflight à bord de tous ses Boeing 767-200, quelques MD-80 et prochainement ses Boeing 737-800 sur ses vols domestiques aux États-Unis continentaux, au Canada et au Mexique[51],[94].

Chiffres et données[modifier | modifier le code]

Données financières[modifier | modifier le code]

Données financières[1],[95],[96],[97],[98],[99]
Années200920082007200620052004
Chiffre d'affaires (en millions de $) 19,917 $ 23,766 $ 22,935 $ 22,563 $ 20,712 $ 18,645 $
Résultat net (en millions de $) 1,500 $ en diminution 2,100 $ en diminution 504 $ en augmentation 231 $ en augmentation 857 $ en diminution 751 $ en diminution
Passagers-milles payants (en millions) (RPM) 122,418 131,757 138,453 139,454 138,374 130,164
Sièges-milles offerts (en millions) (ASM) 151,774 163,532 169,906 174,021 176,112 174,015
Revenu passager par siège offert au mille (en cents) 12,28 ¢ 13,84 ¢ 12,75 ¢ 12,40 ¢ 12,01 ¢ 11,54 ¢
Revenu total par siège offert au mille (RASM) (en cents) 9,91 ¢ 11,15 ¢ 10,39 ¢ 9,94 ¢ 9,43 ¢ 8,63 ¢
Prix moyen par gallon de carburant (en dollars) 2,01 $ 3,02 $ 2,12 $ 2,00 $ 1,72 $ 1,21 $
Gallons de carburant consommés (en millions) 2,499 2,694 2,834 2,881 2,948 3,014
Coefficient de remplissage (PLF) 80,7 % 80,6 % 81,5 % 80,1 % 78,6 % 74,8 %
Passagers transportés (en millions) 85,7 92,7 98,1 98,1 98,0 -
Flotte 612 626 655 697 699 727
Employés 78,900 84,100 85,500 86,600 88,400 92,100
  • Avril 2010: AMR, maison mère d'American Airlines publie ses résultats, perte de 505 millions de dollars au premier trimeste, soit 1,52 dollar par action, un différenciel de 34,6 % par rapport à 2009[100].

Parts de marché et statistiques[modifier | modifier le code]

En 2007, American Airlines représentait 18 % du marché domestique américain des compagnies aériennes[101]. 35 % de son marché était à l'international et était représenté comme suit[101]:

Passagers d'American Airlines en Amérique latine

Pacifique

4,1 %

Europe

14,5 %

Amérique latine & Caraïbes

16,6 %

En 2007, American Airlines a transporté 98,1 millions de passagers[101]. 65 % de ses employés étaient syndiqué[101]. Une journée moyenne chez American Airlines était comme suit[101]:

  • 270 000 passagers transportés
  • plus de 239 000 réservations par téléphone
  • plus de 300 000 bagages manutentionné
  • près de 3 300 vols
  • 1,6 million de visite sur leur site internet www.aa.com

Principaux concurrents américains[modifier | modifier le code]

Au niveau des vols domestiques et/ou vols internationaux, voici les principaux concurrents d'American Airlines[95]:

Concurrents domestiques et à l'international

   

Concurrents domestiques (États-Unis) seulement

Fret[modifier | modifier le code]

American Airlines Cargo correspond à la division fret d'American Airlines[102]. En 2008, elle avait un chiffre d'affaires de 874 millions de dollars et a transporté 2,005 millions de tonnes de fret[95].

Marketing[modifier | modifier le code]

Livrée & logo

Livrée & logo
  • La flotte d'American Airlines a une couleur acier inoxydable sur son fuselage et sa livrée a des bandes rouges, blanches et bleues horizontales. C'est en 1967, que le logo d'American Airlines fut créé par le designer Massimo Vignelli[103],[104]. Le logo d'American Airlines est un aigle de couleur bleu avec deux lettres capitales AA rouges et bleues sur l'empennage.

Publicité

Publicité d'American Airlines pour promouvoir une destination, Shanghai

Slogan

  • Le présent slogan d'American Airlines est We Know Why You Fly®[107].

Site internet

  • En 1995, elle lance son premier site internet et ce n'est qu'en 1998 qu'elle simplifie et raccourcit l'adresse de son site en www.aa.com[19]. En 1999, son site reçoit plus de 5 millions de visites mensuelles[19]. En 2000, son site internet remporte le prix "Web Business 50/50" par le magazine américain CIO Magazine[5]. En 2003, elle lance plusieurs versions de son site officiel en Europe dont en France, www.americanairlines.fr en français[19]. En 2004, elle reçoit 950 000 visites quotidiennement[19]. En novembre 2010, selon Alexa Internet son site est classé 1 299e au niveau mondial et 334e aux États-Unis[108]. Le 14 novembre 2010, American Airlines dévoile une nouvelle mise en page de son site www.aa.com[109].

Médias sociaux

iPhone

  • American Airlines lance le 26 juillet 2010, sa première application iPhone[115].

Commanditaires

Placement de produit

  • Dans le film Up in the Air[118], American Airlines est la compagnie aérienne préférée du personnage principal, Ryan Bingham interprété par George Clooney[119]. La compagnie aérienne, n'a rien dépensé pour mettre en avant plan plusieurs images et séquences corporatives dans ce film. American Airlines bénéficie d'un placement de produit[120].

Initiatives environnementales[modifier | modifier le code]

American Airlines est la première compagnie aérienne américaine à s'être jointe à l'agence de protection de l'environnement des États-Unis (EPA) et de plus s'être engagée à réduire ses gaz à effet de serre de 30 % d'ici 2025[121]. De plus, elle a commencé à remplacer sa flotte de MD-80 par de nouveaux Boeing 737-800[121]. En 2008, elle a émis 29 millions de tonnes métriques de CO2, soit une baisse de 5 % par rapport à 2007[121],[122].

Implications sociales[modifier | modifier le code]

American Airlines est impliquée dans plusieurs causes sociales[122]. Depuis 1983, elle supporte l'organisme Susan G. Komen for the Cure®[123] qui fait la prévention du cancer du sein, 8 avions de sa flotte ont une livrée spéciale arborant un ruban rose en support à la cause[124],[125]. Elle est partenaire de l'Unicef depuis 1994[126]. En 2008, pour honorer les vétérans lors du Veterans Day aux États-Unis, elle dévoile une livrée sur un Boeing 757 arborant un ruban jaune en support aux vétérans et aux soldats impliqués en Irak et en Afghanistan[127],[128]. En janvier 2010, elle se joint à la Croix-Rouge américaine pour venir en aide lors du tremblement de terre en Haïti[129].

Faiblesses[modifier | modifier le code]

  • L'âge avancée de la flotte d'American Airlines est une faiblesse et un désavantage contre ses compétiteurs aériens américains, en février 2010, sa flotte était âgée de 14,7 ans[130].
  • Pour l'année entière 2009, de janvier à décembre, American Airlines était la 16e compagnie aérienne américaine pour ce qui est des retards avec 77,2 % de ses vols[131]. Elle était classée comme la dernière des grosses compagnies américaines[131].
  • Pour l'année entière 2009, de janvier à décembre, American Airlines a reçu 913 plaintes sur 85,7 millions de passagers transportés, ce qui la classée au 15e rang des compagnies aériennes américaines pour le nombre de plaintes[131]. Les plaintes les plus courantes étaient 230 pour des bagages perdus/endommagés, 211 pour des problèmes d'avions, 127 pour des problèmes de service à la clientèle et 119 pour des problèmes au niveau de l'enregistrement/ticketing[131].
  • Selon le site web Air Safe qui calcule depuis 1970 les accidents aériens publie qu'American Airlines a un taux de mortalité de 0,4 pour un million de vols effectués, évalué sur 25,08 millions de vols[132].

Incidents et accidents[modifier | modifier le code]

Années 1940[modifier | modifier le code]

Années 1950[modifier | modifier le code]

Années 1960[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]

  • Vol AA132 ; 3 février 1988 : entre Dallas et Nashville, MD-83, 0 morts, tous survivants

Années 1990[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

  • Vol AA1740 ; 20 juin 2006 : entre Los Angeles et Chicago, MD-80, 0 morts

Années 2010[modifier | modifier le code]

Organisation corporative[modifier | modifier le code]

CEO et PDG:[133],[5]

Le siège social d'American Airlines et d'AMR Corporation à Fort Worth

Siège social[modifier | modifier le code]

Le siège social d'American Airlines est situé à Fort Worth au Texas, adjacent à l'aéroport international de Dallas-Fort Worth[133]. Anciennement situé à New York, elle déménage en 1979, son siège social à Fort Worth[5]. Annoncé en 1978, le maire de New York de l'époque, Ed Koch, qualifia la compagnie aérienne de «traître» envers la ville de New York, car son déménagement amènera avec elle 1 300 emplois[134]. Les nouveaux locaux d'American Airlines comprennent des bâtiments pour à la formation du PNC, des salles de l'entraînement des pilotes, ainsi qu'un centre de réservations pour le Sud des États-Unis[5].

Prix[modifier | modifier le code]

American Airlines a été élue meilleure compagnie aérienne nord-américaine à la cérémonie des World Travel Awards en 2010[135]. En 2008, elle a été élue meilleure compagnie aérienne nord-américaine par le magazine britannique Business Traveller[136],[137]. Elle est classée 3 étoiles Skytrax[138].

Galerie[modifier | modifier le code]

Posté par tramman à 13:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

American Airlines

American Airlines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

American Airlines

Logo de cette compagnie
AITAOACIIndicatif d'appel
AA AAb callsign = AMERICAN
Repères historiques
Date de création 1930 (sous American Airways)
Généralités
Basée à Aéroport international de Dallas-Fort Worth Aéroport international de Los Angeles Aéroport international John-F.-Kennedy Aéroport international de Miami Aéroport international O'Hare
Autres bases Aéroport de LaGuardia Aéroport international Logan Aéroport international Luis-Muñoz-Marín
Programme de fidélité AAdvantage
Alliance Oneworld
Taille de la flotte 629 (American Airlines) + 242 (American Eagle)
Nombre de destinations 157 (2009)
Siège social Fort Worth (Texas) Drapeau des États-Unis États-Unis
Société mère AMR Corporation
Effectif 78 900 [1] (2009)
Dirigeants Thomas W. Horton
Site web www.aa.com
Données financières
Chiffre d'affaires 19,9 milliards $ [1] (2009)
Résultat net en diminution 1,5 milliard $ [1] (2009)

American Airlines (code AITA : AA ; code OACI : AAL) est une compagnie aérienne américaine. Elle opère des vols intérieurs et internationaux sur quatre continents, depuis ses nombreux hubs à Dallas-Fort Worth (DFW), Los Angeles (LAX), New York/JFK (JFK), Miami (MIA) et Chicago O'Hare (ORD). En 2010, c'est la 3e plus grande compagnie aérienne au monde (derrière Delta Air Lines et United Airlines). Elle dessert avec ses partenaires American Eagle Airlines et American Connexion plus de 250 villes dans 40 pays et territoires avec plus de 3 400 vols quotidiens[2]. Elle est contrôlée par AMR Corporation et son siège social se trouve à Fort Worth, au Texas. En 2010, elle est au 120e rang du Fortune 500[3]. American Airlines est membre fondateur de Oneworld. Fin novembre 2011, elle se place sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites des États-Unis afin de réorganiser son activité. Celle-ci va fusionner avec la compagnie US Airways et va devenir la compagnie numéro une mondiale.

 

 

Historique[modifier | modifier le code]

Années 1930[modifier | modifier le code]

Au matin du 15 avril 1926, un jeune aviateur, Charles Lindbergh, s'envole à bord d'un DH-4 effectuant une livraison postale pour le compte de la Robertson Aircraft Corporation of Missouri de Chicago à Saint-Louis[4],[5]. Ce vol est considéré comme le tout premier vol régulier de ce qui allait devenir plus tard American Airlines. En fait il n'avait rien de « régulier » puisque c'était une expérience, mais il est mis en avant comme un précédent historique par la publicité de la compagnie. À l'origine, soit en 1930, American Airlines s'appelait American Airways[5]. Cette dernière était le résultat de la fusion de la Aviation Corporation, de ses filiales et de la Robertson Aircraft Corporation of Missouri. En 1934, l'entreprise éprouvait de grandes difficultés économiques et, rachetée par Errett Lobban Cord, prit son nom actuel American Airlines[5]. La même année, le 13 mai, Cyrus Rowlett Smith est nommé PDG de la compagnie aérienne, poste qu'il occupera jusqu'en 1968, mis à part pendant la Seconde Guerre mondiale[5]. Le 25 juin 1936, American Airlines est la première compagnie aérienne à introduire le Douglas DC-3[5]. Le 16 février 1937, elle reçoit son millionième passager[5]. Le 10 juin 1939, American Airlines entre à la bourse de New York (NYSX)[5].

Années 1940[modifier | modifier le code]

Durant la Seconde Guerre mondiale, la moitié de la flotte de Douglas DC-3 d'American Airlines est affrétée par la U.S. Army[4]. En 1941, American Airlines inaugure son vol New York-Toronto[4]. En 1942, American Airlines développe un service de restauration appelé Sky Chefs pour ses passagers ainsi que les autres compagnies aériennes[5]. En septembre de la même année, American Airlines inaugure ses vols El Paso-Monterrey et Dallas-Mexico[4]. En 1944, American Airlines met en place le premier service aérien régulier intérieur aux États-Unis de transport de marchandises avec le Douglas DC-3, pour continuer par la suite durant les années 1950 avec des Douglas DC-6A et Douglas DC-7[5]. Entre 1945 et 1950, American Airlines opère American Overseas Airlines (AOA), une division transatlantique qui dessert de nombreux pays européens[5]. En 1946, American Airlines établit sa base d'entretien d'aéronefs à Tulsa en Oklahoma[5]. En 1947, American Airlines met en service son premier Douglas DC-6, suivi du Convair 240 en 1948[5].

Années 1950[modifier | modifier le code]

En 1953, American Airlines introduit dans sa flotte le Douglas DC-7 et peut ainsi desservir la totalité des États-Unis continentaux en vols non-stop dans les deux directions[5]. En 1957, elle inaugure un centre de formation pour son PNC, l'American Airlines Stewardess College à Dallas/Forth Worth[5]. En janvier 1959, American Airlines introduit dans sa flotte le Lockheed L-188 Electra[5]. Le 25 janvier 1959, elle est la première compagnie aérienne américaine à offrir des vols de la Côte Est à la Côte Ouest des États-Unis avec le Boeing 707[5], raccourcissant la durée de 8 à 5 heures de vol[6]. L'aller simple coûtait à l'époque 115,50 $ avec un supplément de 10 $ pour des frais de service ou encore l'aller-retour à 231 $, soit 25 % moins cher que les avions à pistons de cette époque[7].

Années 1960[modifier | modifier le code]

Boeing 707 Astrojet spécialement affrété par la U.S. Army en 1966

En 1960, American Airlines et IBM conçoivent le système de réservation SABRE[5],[4]. En 1962, elle introduit dans sa flotte le Convair 990 et en 1964 le Boeing 727[5]. En décembre 1966, elle retire de sa flotte le Douglas DC-6[5]. En 1968, elle est la première compagnie aérienne à commander le McDonnell Douglas DC-10[5].

Années 1970[modifier | modifier le code]

En 1970, American Airlines rachète la Trans Caribbean Airways étant établie à Porto Rico, elle acquerra ainsi dans les années 1970 plusieurs routes aériennes dans les Caraïbes[5]. En mars 1970, American Airlines introduit dans sa flotte son premier Boeing 747[8],[9]. Elle en acheta 16 au total[4]. Elle utilisera aussi des Boeing 747 pour le cargo pendant quelques années[8],[10]. Le 5 août 1971, American Airlines effectue le premier vol commercial avec le McDonnell Douglas DC-10[5]. Le 12 juin 1972, le vol 96 reliant Los Angeles à New York LGA via Détroit et Buffalo subit une décompression explosive d'une porte de soute cargo, l'avion se posa à Détroit ne faisant aucun mort. En 1973, Bonnie Tiburzi devient la première femme pilote à bord d'un Boeing 727 d'American Airlines[11]. En 1974, la NASA acquit un des Boeing 747-123 d'American Airlines immatriculé (N905NA) pour s'en servir comme Shuttle Carrier Aircraft(avion de transport de navette)[12],[13]. En février 1974, Albert V. Casey est nommé PDG et CEO[5]. En 1977, elle commence à desservir Montréal, Montego Bay, Kingston, Pointe-à-Pitre et Fort-de-France[4]. En 1979, le siège social déménage de New York à Fort Worth[5]. Le 20 janvier 1979, American Airlines inaugure huit nouvelles destinations, Albuquerque, La Nouvelle-Orléans, Las Vegas, Miami, Minneapolis/St-Paul, Reno, Tampa/St. Petersburg et St-Martin[4]. Le 25 mai 1979, la compagnie connait sa plus grosse catastrophe avec le crash du vol 191 à Chicago O'Hare.

Années 1980[modifier | modifier le code]

En 1980, Robert L. Crandall devient PDG et CEO[5]. En 1981, American Airlines introduit AAdvantage, le tout premier programme de fidélisation[5]. La même année, le 11 juin, American Airlines établit son hub à Dallas-Fort Worth[5]. Plus tard, elle ajoutera de nouvelles villes ainsi que de nouvelles routes aériennes pour renforcer son réseau. En août 1981, elle ne possède plus dans sa flotte de Boeing 707 et Boeing 707F les ayant tous mis à la retraite[5]. En 1982, elle introduit dans sa flotte le Boeing 767 et établit son hub à Chicago O'Hare[5]. En mai 1982, les actionnaires approvent une réorganisation d'American Airlines et la création d'un holding, AMR Corporation, devient ainsi la maison mère de la compagnie aérienne[5]. Toujours en mai 1982, American Airlines inaugure sa liaison Dallas/Forth-Worth-Londres-Gatwick[5]. En 1983, elle introduit dans sa flotte le McDonnell Douglas MD-80[5],[14]. En 1984, American Airlines introduit American Eagle Airlines, un réseau de compagnies aériennes régionales, desservant les plus petites villes aux plus grosses[5]. En 1985, 10 000 agences de voyages utilisent le système SABRE pour leurs réservations[5]. En 1986, elle emploie déjà plus de 50 000 personnes, elle vend sa filiale Sky Chefs et fait l'acquisition d'Air California[5]. Toujours la même année, elle inaugure ses vols vers Genève, Tokyo et Zurich[4]. En 1989, American Airlines introduit dans sa flotte le Boeing 757[15]. Le 13 septembre 1989, American Airlines inaugure son 7ème hub à Miami[5].

Années 1990[modifier | modifier le code]

En 1991, American Airlines reçoit son milliardième passager[5]. La même année, elle introduit dans sa flotte le McDonnell Douglas MD-11[16]. En 1992, elle instaure un nouveau service de classe premium, pour sa première classe et classe affaires American Flagship Service à destination de l'Asie, l'Amérique latine et l'Europe[5],[17], de plus elle inaugure ses vols vers Paris et Berlin[5]. Le 3 juillet 1993, elle inaugure à Fort Worth, son propre musée, le American Airlines C.R. Smith Museum[5],[18]. En 1995, American Airlines lance son premier site internet[19]. Le 20 décembre 1995, le vol 965 reliant Miami à Cali s'écrase contre une montagne à son approche sur Cali, faisant 159 morts et 4 survivants. Le 21 septembre 1998, American Airlines et quatre autres compagnies aériennes annoncent la création d'une future alliance appelée Oneworld qui entrera en fonction 1er février 1999. En 1999, American Airlines introduit le Boeing 777 et le Boeing 737-800 à sa flotte[5].

Années 2000[modifier | modifier le code]

MD-80 en 2006.
American Airlines à DFW en 2009.

En avril 2001, la Trans World Airlines est rachetée par American Airlines[5]. Le 11 septembre 2001, deux avions (le vol 77 et le vol 11) de la compagnie furent détournés par des terroristes. Le vol 11 s'écrasa sur la tour nord du World Trade Center et le vol 77 sur le Pentagone. Le 12 novembre 2001, le vol 587 reliant New York à Saint-Domingue s'écrase au décollage faisant 265 morts. Le 23 décembre 2001, Richard Reid se fait arrêter en essayant de faire exploser le vol 63 entre Paris et Miami. En avril 2002, American Airlines inaugure une nouvelle route aérienne entre New York et Tokyo[5], faisant ainsi sa quatrième entrée au Japon. Le 14 janvier 2004, American Airlines célèbre le 30e anniversaire du premier vol commercial à l'aéroport international de Dallas-Fort Worth. En mai 2004, Gerard Arpey devient l'actuel PDG d'AMR Corporation et d'American Airlines. En 2005, American Airlines inaugure sa plus longue route aérienne entre Chicago et Delhi[5]. Le 2 avril 2006, American Airlines inaugure son premier vol vers la Chine avec un Boeing 777 en lançant son vol quotidien Chicago - Shanghai[5]. En 2007, American Airlines emménage au nouveau Terminal 8 de l'aéroport international John-F.-Kennedy, après des travaux d'un coût de 1,3 milliard de dollars[20]. En 2008, American Airlines devient le premier transporteur américain à proposer une connexion haut débit WiFi sur ses vols intérieurs[21]. Le 15 octobre 2008, elle annonce qu'elle planifie la commande de 42 Boeing 787-9 Dreamliner et 58 en option[22]. Elle devrait recevoir ses premiers Boeing 787 début septembre 2012 et ce jusqu'en 2018. En décembre 2008, American Airlines annonce une nouvelle route aérienne entre Dallas et Madrid qui entrera en service le 1er mai 2009[23]. En février 2009, American Airlines et ses partenaires aériens, membres de l'alliance oneworld, célèbrent leur 10e anniversaire[24]. En avril 2009, American Airlines reçoit ses deux premiers (d'une commande de 76) nouveaux Boeing 737-800 qui remplaceront à long terme ses vieux MD-80[25]. Le 11 juin 2009, American Airlines effectue depuis l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle vers l'aéroport international de Miami, son premier vol vert avec un Boeing 767[26],[27]. Le 14 septembre 2009, American Airlines manifeste son intérêt pour un rachat d'une partie du capital de Japan Airlines qui souffre de la crise financière, son concurrent américain Delta Air Lines ainsi qu'Air France-KLM seraient aussi intéressés[28],[29]. Le 22 décembre 2009, le vol 331 d'American Airlines Miami - Kingston dérape et sort de piste à l'atterrissage en Jamaïque, les 148 passagers et 6 membres d'équipage survivent mais l'on dénombre 90 blessés[30].

Années 2010[modifier | modifier le code]

American Airlines 737-800 à YUL en 2013

Janvier 2010, après que Japan Airlines ait fait faillite, American Airlines continue de livrer bataille avec sa rivale américaine Delta Air Lines pour investir dans la compagnie japonaise pour ainsi garder Japan Airlines dans l'alliance Oneworld mais principalement pour qu'American Airlines puisse accroître sa part dans le lucratif marché asiatique[31]. Le 9 février 2010, American Airlines annonce que Japan Airlines a choisi de rester avec Oneworld et de renforcer son partenariat avec la compagnie aérienne américaine pour ainsi profiter de la libéralisation du trafic offerte par l’accord «ciel ouvert» récemment signé entre les États-Unis et le Japon[32],[33]. Le 31 mars 2010, American Airlines annonce qu'elle travaillera conjointement avec JetBlue Airways pour offrir une meilleure connexion de ses vols internationaux avec cette dernière pour le marché clé de la Côte Est américaine[34]. De plus, elle annonce qu'elle offrira 7 nouvelles destinations ainsi que 23 vols additionnels depuis et vers New York/JFK et New York/LGA[34], et investira 30 millions de dollars dans ses infrastructures aéroportuaires à New York/JFK et New York/LGA[34]. Le 7 mai 2010, American Airlines annonce qu'elle a reçu son accord du Département des Transports des États-Unis pour voler vers Tokyo-Haneda depuis New York/JFK à partir du 1er octobre 2010[35]. Le 25 mai 2010, American Airlines inaugure finalement son vol Chicago-Pékin après plusieurs mois de retard[36]. Le 21 juillet 2010, American Airlines annonce au Salon aéronautique de Farnborough, la commande de 35 Boeing 737-800 pour livraison en 2011 et 2012 pour ainsi renouveler sa flotte pour remplacer ses vieux MD80 [37]. Le 6 octobre 2010, American Airlines annonce deux nouvelles destinations pour avril/mai 2011, soit Budapest en Hongrie depuis New York/JFK et Helsinki en Finlande depuis Chicago O'Hare[38]. Le 19 octobre 2010, elle annonce une entente interligne avec WestJet[39]. Le 20 octobre 2010, American Airlines annonce qu'en avril 2011, elle rejoindra Shanghai depuis Los Angeles ainsi qu'un investissement de vingt millions de dollars sur ces installations à l'aéroport international de Los Angeles et une augmentation de certaines dessertes aux États-Unis conjointement avec American Eagle[40]. Le 4 novembre 2010, elle annonce un partage de code avec Air Berlin, son futur partenaire de l'alliance Oneworld[41]. Le 20 juillet 2011, American Airlines annonce une commande record de 460 avions, soit 260 Airbus A320 et 200 Boeing 737 pour ainsi renouveler sa flotte, ceux-ci commenceront à entrer en service en 2013[42],[43]. Le 29 novembre 2011, American Airlines et sa maison mère le holding AMR déposent leurs bilans et se placent sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites des États-Unis afin de réorganiser leurs activités[44]. Le 17 janvier 2013, American annonce sa nouvelle livrée qui sera pour la première fois portée par leur nouveau Boeing 777-300.

Le 14 février 2013, US Airways et AMR (la maison mère de American Airlines) ont décidé de fusionner leur activités après des tractations dans ce sens devenues publiques depuis plusieurs mois. Le groupe prendra comme nouveau nom celui de American Airlines, il devrait avoir une capitalisation d'environ 11 milliards de $, un chiffre d'affaires de 39 milliard de $ et une flotte de 1 500 appareils. La fusion réalisée en totalité en actions, devrait permettre aux actionnaires de American Airlines de détenir de 72% du nouveau groupe. Le siège de la nouvelle entité devrait être à Dallas-Forth Worth, au Texas, où était déjà le siège d'AMR[45],[46],[47]. En décembre 2013, la fusion est réalisée juridiquement[48].

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Destinations[modifier | modifier le code]

Destinations d'American Airlines en 2009
  •      États-Unis
  •      Destinations desservies

American Airlines dessert 157 destinations au Canada, aux États-Unis, au Mexique, dans les Caraïbes, en Amérique centrale, en Amérique du Sud, en Asie et en Europe[49].

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Bermudes et les Caraïbes[modifier | modifier le code]

Amérique centrale[modifier | modifier le code]

Amérique du Sud[modifier | modifier le code]

Asie[modifier | modifier le code]

 

Europe[modifier | modifier le code]

Flotte[modifier | modifier le code]

En février 2014, après le regoupement de US Airways et American Airlines, la grande compagnie possède plus de 950 avions.

Flotte d'American Airlines
AvionNb. d'avionsSiègesIntégré la flotte enRéseauxNotes
Airbus A319-100 108 128 2013 Amérique du Nord court/moyen-courrier  
Airbus A320-200 68 128 2013 Amérique du Nord court/moyen-courrier  
Airbus A321-200 99 102 2013 Amérique du Nord court/moyen-courrier Remplaceront les Boeing 767-200
Boeing 737-800 238 160 1999 Amérique du Nord court/moyen-courrier, Caraïbes, Mexique Habituellement depuis MIA, ORD, DFW, SJU et LAX Remplaceront les MD-82 et MD-83
Boeing 757-200 118 182/188 1989 États-Unis, Caraïbes, Amérique du Sud, Hawaï, Europe Habituellement depuis MIA et DFW -
Boeing 767-200 18 159 1986 MIA-JFK, LAX à SFO, JFK-LAX à SFO, EWR à LAX -
Boeing 767-300ER 58 225 1988 États-Unis, transatlantiques, Amérique du Sud, Hawaï -
Boeing 777-200ER 47 247 1999 Transatlantiques, transpacifiques, Amérique du Sud, Delhi, MIA-LAX, DFW-ORD, DFW-MIA Livraison de 5 Boeing 777-200ER entre 2013 et 2016[50]
Boeing 777-300ER 10 310 2013 Transatlantiques, transpacifiques, Amérique du Sud, Delhi, MIA-LAX, DFW-ORD, DFW-MIA Livraison de 13 Boeing 777-300ER entre décembre 2012 et 2013
Boeing 787-8 Boeing 787-9 0 (+12) 0 (+30) - 2013 Long-courrier Premier Boeing 787-9 attendu en 2014[50]
Embraer 190 20 128 2013 Amérique du Nord court-courrier  
MD-82* 107 136/140 1983 États-Unis, Canada, Mexique court/moyen-courrier Habituellement depuis ORD, STL et DFW American Airlines est le plus grand opérateur de MD-82 Les plus vieux seront remplacés par de nouveaux Boeing 737-800 de nouvelle génération
MD-83* 58 140 1987 États-Unis, Canada, Mexique court/moyen-courrier Habituellement depuis ORD, STL, DFW et BOS American Airlines est le plus grand opérateur de MD-83 Les plus vieux seront remplacés par de nouveaux Boeing 737-800 de nouvelle génération
Total 970      

* Tous les Boeing 767-200 disposent d'internet Gogo Inflight wifi sur les vols aux États-Unis continentaux, au Canada et au Mexique, quelques MD-80 l'ont et les Boeing 737 l'auront sous peu[51],[52],[53].

Flotte historique[modifier | modifier le code]

1930 1940 1950 1960 1970 1980 1990 2000
                                                                                                                                                               
Ford Trimotor 1930–1935 DC-3 1936–1949   BAC 1-11 1965–1972   MD-80 1979 - [Présent]
  Curtiss Condor 1934 - 1950   Lockheed L-188 Electra 1959–1970   Boeing 737 & BAe 146 1987–1992 Fokker F100 1992–2004  
  Fairchild 100 1931 - 1952   Convair CV-240 1948–1964 Boeing 727 1964–2002  
  Douglas DC-6 1947–1966   Airbus A300 1988–2009  
  Douglas DC-4 1946–1953 Douglas DC-7 1953–1959 Boeing 707 1959–1981   Boeing 757 1989 - [Présent]
  Convair 990 1962–1969   Boeing 737NG 1999 - [Présent]
  Boeing 377 Stratocruiser 1946–1950   Boeing 747-100 1970–1989 Boeing 747SP 1986–1994   Boeing 777 1999 - [Présent]
  DC-10 1971–2000  
  Boeing 767 1982 - [Présent]
  MD-11 1991–2001  

source : Flotte historique

Partenariats[modifier | modifier le code]

Outre ses partenaires Oneworld, American Eagle Airlines et American Connexion, American Airlines a des accords de partage de codes avec les compagnies aériennes et entreprises ferroviaires suivantes[54]:

Compagnies aériennes[modifier | modifier le code]

* membres de Oneworld

Entreprises ferroviaires[modifier | modifier le code]

AAdvantage[modifier | modifier le code]

AAdvantage.gif

Son programme de fidélisation AAdvantage permet aux membres d'accumuler des milles avec American Airlines et ses membres du réseau Oneworld et ses affiliés pour ainsi bénéficier de privilèges[55]. Il fut le premier programme de fidélité établit par une compagnie aérienne en 1981[19]. En 1988, il compte déjà 7 millions de membres, en 1999, 38 millions, en 2002, il dépasse les 46 millions[19]. En 2009, son programme de fidélité comptait plus de 62 millions de membres[56]. En mai 2009, American Airlines propose à ses membres de son programme de fidélité AAdvantage, d'acheter des aller simples avec ses points dans son nouveau service One-Way Flex Awards, elle est la première grande compagnie aérienne américaine à le permettre comme le font plusieurs compagnies aériennes européennes[57],[58]. En mai 2010, American Airlines propose à ses membres une façon de cumuler plus de milles AAdvantage avec l'option AAdvantage Mileage Multiplier[59],[60]. En novembre 2010, American Airlines propose à ses membres d'utiliser ses milles AAdvantage pour payer leur location de voitures ainsi que leurs hôtels[61]. En 2011, AAdvantage célèbre son 30ème anniversaire[62],[63].

Status AAdvantage
 AAdvantage Executive Platinum®AAdvantage Platinum®AAdvantage Gold®
Status Oneworld Emeraude Saphir Rubis
Conditions d'entrée 100 segments de vols qualifiants ou 100 000 milles ou 100 000 points 60 segments de vols qualifiants ou 50 000 milles ou 50 000 points 30 segments de vol qualifiants ou 25 000 milles ou 25 000 points

source : Status AAdvantage

  • En mai 2010, la compagnie de consultation IdeaWorks publie un sondage sur la disponibilité des sièges-primes effectuant 6 160 réservations sur 22 sites web de compagnies aériennes différentes entre février et mars 2010 sur des dates de voyages de juin à octobre 2010 sur des vols long-courriers de plus que 10 villes à moins de 2 500 milles de distance. Le programme de fidélisation AAdvantage arrive au 17e rang, soit une efficacité de 57,9 %[64].

American Airlines Vacations[modifier | modifier le code]

American Airlines Vacations est une filiale d'American Airlines, celle-ci est basée à Dallas/Fort Worth au Texas. Elle propose des vacances à ses clients dans les Caraïbes, au Canada, aux États-Unis, à Hawaï, au Mexique, en Amérique latine, en Europe et en Asie[65]. Elle permet à ses clients de payer ses voyages avec ses points AAdvantage[66].

Salons Admirals Club[modifier | modifier le code]

AA Admirals Club.Logo.GIF
Salon Admirals Club à New York

Les Salons Admirals Club[67] sont des salons exclusifs aux membres voyageant en première classe ou en classe affaires, d'American Airlines, profitant ainsi de privilèges comme l'assistance pour la réservation de vols, accès à des ordinateurs, internet, téléphones, fax, salles de conférences, boissons, fumoirs et douches. En 2010, le coût est de 350 USD à 500 USD[68] annuel pour être membre tout dépendant du programme de fidélité. L'accès pour les non membres est de 50 USD pour une journée[69].

Salon Admirals Club à Francfort

American Airlines est la première compagnie aérienne à avoir introduit les salons lounges dans les aéroports. Elle a ouvert son premier Admirals Club en 1939 à New York LGA[70],[71].

Emplacements

 

Salons Flagship Lounge[modifier | modifier le code]

Les Salons Flagship Lounge[72] sont des salons exclusifs aux membres voyageant uniquement en première classe internationalement et sur des vols domestiques nonstop transcontinental aux États-Unis.

Emplacements

Cabines[modifier | modifier le code]

American Airlines propose un service de trois classes sur ses vols internationaux et vols domestiques aux États-Unis.

Première classe[modifier | modifier le code]

Première classe dans un Boeing 777-200ER
Vin rouge en première classe

La première classe d'American Airlines, Flagship Suite propose à ses clients des sièges transformables en lit incliné de deux mètres, des espaces de travail avec prises de raccordement pour ordinateur portable et téléphones par satellite, des écouteurs Bose, des couettes douillettes en coton et des trousses de toilettes[73],[74],[75]. Certaines options peuvent différer selon les vols qu'ils soient domestiques aux États-Unis ou à l'international.

Classe affaires[modifier | modifier le code]

La classe affaires d'American Airlines, propose à ses clients des sièges inclinables à l’horizontale, des écrans tactiles, des prises de raccordement pour ordinateur portable, des écouteurs Bose, des couettes douillettes en coton et des trousses de toilettes[76],[77],[75]. Certaines options peuvent différer selon les vols qu'ils soient domestiques aux États-Unis ou à l'international. Elle est considérée comme « une classe affaires de qualité » selon le magazine britannique Business Traveller via son site francophone[78].

Classe économique[modifier | modifier le code]

La classe économique d'American Airlines, propose à ses clients des sièges confortables et des écrans projecteurs en cabine ou écrans individuels dépendant de la destination et du type d'avion, avec une sélection de films et émissions de télévision[79],[80].

Service à bord[modifier | modifier le code]

Restauration[modifier | modifier le code]

Plateau-repas en classe économique sur un vol international entre CDG-JFK

Sur les vols domestiques aux États-Unis et internationaux à destination du Canada, d'Amérique centrale et dans les Caraïbes, American Airlines offre un programme de repas légers payants comme des sandwichs, des chips et amandes/noix en classe économique[81]. American Airlines accepte uniquement les cartes de crédit depuis 2009 pour payer les différents achats à bord[82]. Des boissons non alcoolisées sont servis gratuitement et les bières, vins ou les spiritueux sont payants pour les clients voyagent en classe économique[83]. American Airlines offre gratuitement des repas sur ses vols à destinations de l'Asie, l'Amérique du Sud et l'Europe en classe économique[81].

Les clients voyageant en première classe et classe affaires sur ses vols domestiques aux États-Unis et internationaux, American Airlines propose des repas et vins gratuitement[81],[84],[85],[86]. Tous clients désireux de commander un repas spécial peuvent le faire 24h à l'avance[87].

En 2007, American Airlines a gagné le prix Cellars in the Sky Awards pour la meilleure cave à vin en classe affaires par le magazine britannique Business Traveller[88],[89].

Divertissement[modifier | modifier le code]

Écrans dans un Boeing 767-300ER en classe économique sur un vol domestique

American Airlines propose en première classe à ses clients un écran individuel avec programmes sur demande, une prise de raccordement pour ordinateur portable, une liseuse, un téléphone par satellite et des écouteurs individuel Bose[90]. Pour ses clients en classe affaires, American Airlines propose un écran tactile avec une sélection de films, documentaires, jeux et vidéos clips[90]. Pour la classe économique, American Airlines propose des écrans projecteurs en cabine avec une sélections de films[91].

Le magazine inflight d'American Airlines, American Way est gratuit et se trouve dans chaque avions de la compagnie aérienne. Les couvertures et les oreillers deviendront payants à compter du 1er mai 2010 au coût de huit dollars pour tous les vols en Amérique du Nord, en Amérique centrale et aux Caraïbes[92]. Les écouteurs sont vendus deux dollars sur les vols domestiques et distribués gratuitement sur les vols internationaux à destinations de l'Asie, l'Amérique du Sud et l'Europe[93].

Accès Wi-Fi[modifier | modifier le code]

Depuis juillet 2008, American Airlines propose à ses clients l'internet Wi-Fi via la compagnie Gogo Inflight à bord de tous ses Boeing 767-200, quelques MD-80 et prochainement ses Boeing 737-800 sur ses vols domestiques aux États-Unis continentaux, au Canada et au Mexique[51],[94].

Chiffres et données[modifier | modifier le code]

Données financières[modifier | modifier le code]

Données financières[1],[95],[96],[97],[98],[99]
Années200920082007200620052004
Chiffre d'affaires (en millions de $) 19,917 $ 23,766 $ 22,935 $ 22,563 $ 20,712 $ 18,645 $
Résultat net (en millions de $) 1,500 $ en diminution 2,100 $ en diminution 504 $ en augmentation 231 $ en augmentation 857 $ en diminution 751 $ en diminution
Passagers-milles payants (en millions) (RPM) 122,418 131,757 138,453 139,454 138,374 130,164
Sièges-milles offerts (en millions) (ASM) 151,774 163,532 169,906 174,021 176,112 174,015
Revenu passager par siège offert au mille (en cents) 12,28 ¢ 13,84 ¢ 12,75 ¢ 12,40 ¢ 12,01 ¢ 11,54 ¢
Revenu total par siège offert au mille (RASM) (en cents) 9,91 ¢ 11,15 ¢ 10,39 ¢ 9,94 ¢ 9,43 ¢ 8,63 ¢
Prix moyen par gallon de carburant (en dollars) 2,01 $ 3,02 $ 2,12 $ 2,00 $ 1,72 $ 1,21 $
Gallons de carburant consommés (en millions) 2,499 2,694 2,834 2,881 2,948 3,014
Coefficient de remplissage (PLF) 80,7 % 80,6 % 81,5 % 80,1 % 78,6 % 74,8 %
Passagers transportés (en millions) 85,7 92,7 98,1 98,1 98,0 -
Flotte 612 626 655 697 699 727
Employés 78,900 84,100 85,500 86,600 88,400 92,100
  • Avril 2010: AMR, maison mère d'American Airlines publie ses résultats, perte de 505 millions de dollars au premier trimeste, soit 1,52 dollar par action, un différenciel de 34,6 % par rapport à 2009[100].

Parts de marché et statistiques[modifier | modifier le code]

En 2007, American Airlines représentait 18 % du marché domestique américain des compagnies aériennes[101]. 35 % de son marché était à l'international et était représenté comme suit[101]:

Passagers d'American Airlines en Amérique latine

Pacifique

4,1 %

Europe

14,5 %

Amérique latine & Caraïbes

16,6 %

En 2007, American Airlines a transporté 98,1 millions de passagers[101]. 65 % de ses employés étaient syndiqué[101]. Une journée moyenne chez American Airlines était comme suit[101]:

  • 270 000 passagers transportés
  • plus de 239 000 réservations par téléphone
  • plus de 300 000 bagages manutentionné
  • près de 3 300 vols
  • 1,6 million de visite sur leur site internet www.aa.com

Principaux concurrents américains[modifier | modifier le code]

Au niveau des vols domestiques et/ou vols internationaux, voici les principaux concurrents d'American Airlines[95]:

Concurrents domestiques et à l'international

   

Concurrents domestiques (États-Unis) seulement

Fret[modifier | modifier le code]

American Airlines Cargo correspond à la division fret d'American Airlines[102]. En 2008, elle avait un chiffre d'affaires de 874 millions de dollars et a transporté 2,005 millions de tonnes de fret[95].

Marketing[modifier | modifier le code]

Livrée & logo

Livrée & logo
  • La flotte d'American Airlines a une couleur acier inoxydable sur son